Pause Café #29 – Lecture… et relecture

Hello ! C’est le retour de la Pause Café du samedi 🙂 Cette Pause Café #29 va parler de lecture… mais surtout de relecture. J’aime penser qu’une œuvre n’est jamais à usage unique. Il m’arrive de relire un texte, pour plein de raisons différentes que je vais vous présenter. Comme d’habitude, peut-être vous retrouverez-vous aussi dans mes habitudes, ou peut-être en avez-vous d’autres ? Ou peut-être aussi que vous ne relisez jamais une œuvre, faute de temps (on ne va pas se mentir, il y a déjà tellement de sorties à lire…). Alors sentez-vous libres de partager votre point de vue sur la question en commentaire 🙂

Relire, quoi ?

En réfléchissant au sujet de cette Pause Café #29, je me suis rendu compte que je relisais de manière plutôt occasionnelle, mais pour plein de raisons différentes.

Des textes chéris

D’abord, parce que j’ai adoré un livre, et que la promesse d’y retourner me met en joie. C’est par exemple le cas de Désert de J.M.G Le Clézio, Bellefleur de J.C Oates ou encore L’épouse de bois de Terri Windling.

Ensuite, il y a des romans que j’ai relire parce que ce sont un peu des doudous : des romans qui me font du bien, retourner en enfance, me sortent d’une panne de lecture. Typiquement, je ne compte plus le nombre de fois que j’ai relu la saga Harry Potter.

Des livres qui appellent, par leur nature, une seconde lecture

Mais il y a aussi des livres qui appellent, par nature, une seconde lecture. Parce qu’ils sont complexes, jonchés de détails qu’on ne saisit pas forcément la première fois. Dans mon cas, ça concerne surtout les polars, parce que je ne comprends jamais du premier coup. J’aime bien alors relire en sachant qui est l’assassin pour déceler dans le texte les indices (même si en vrai, je commence souvent ma lecture en lisant la fin).

D’autre part, certains textes offrent plusieurs niveaux de lecture. Dans ce cas, la relecture peut éclairer différemment la manière dont on a perçu le livre la première fois. Mes deux meilleures lectures de l’année sont dans ce cas de figure. Que ce soit La mer sans étoiles d’Erin Morgenstern ou La maison dans laquelle de Mariam Petrosyan, les deux romans sont des labyrinthes narratifs et offrent plusieurs chemins pour les appréhender pleinement.

Il y a aussi les textes qui sont retravaillés et donnent lieu à des éditions Deluxe. Récemment, La sève et le givre de Léa Silhol et Apostasie de Vincent Tassy ont été remaniés, corrigés, retravaillés, augmentés. J’aime beaucoup relire ces rééditions qui mettent en abime le texte, avec une réflexion sur le travail de l’écrivain, le matériau en train de se créer, la dimension (in)finie de l’œuvre d’art… Une sorte de niveau méta qui me plait.

Le bon livre, au bon moment

Et puis il y a les textes que je relis quand ils font partie d’une saga, et que le tome suivant paraît. Bien souvent, j’ai oublié pas mal de choses, et donc je ressens le besoin d’y revenir pour enchaîner. D’ailleurs je préfère ne lire les sagas qu’une fois terminées afin de tout lire d’un coup.

Enfin, je mets de côté certains livres parce que le moment était mal choisi pour les apprécier pleinement. Alors je leur laisse une seconde chance pour plus tard. Cette année, La maison enchantée d’Agathe Sanjuan était dans ce cas de figure.

Relire, pourquoi ?

Pour diverses raisons, à vrai dire. En ce qui me concerne, il y en a deux principales qui me motivent à relire un roman.

Retrouver des émotions

Une super lecture pour moi, c’est un alignement de planètes. Un très bon bouquin, avec une ambiance particulière qui coïncide avec celle du livre, une frénésie de lecture qui me fait oublier le réel un instant… Ca crée des moments de lecture assez inoubliables, qui dépassent le seul stade du livre. Des moments de magie.

Relire ces bouquins est donc l’espoir de retrouver ces instants précieux de perfection absolue. La dernière fois que j’ai ressenti cela c’était avec la Trilogie d’une nuit d’hiver de Katherine Arden, aux vacances de Noël 2021.

Aller à la recherche du sens perdu

J’aime beaucoup la figure du labyrinthe, aussi les romans construits comme des labyrinthes narratifs me plaisent particulièrement. En général, j’aime beaucoup ma première lecture, mais en ressors un peu frustrée. Car j’ai la sensation de ne pas avoir atteint le nectar du bouquin. D’être restée en surface. Alors relire me permet d’approfondir, d’aborder le texte avec un autre regard, de jouer avec lui pour qu’il me livre ses secrets.

Dans cette optique, je sais déjà que je relirai La maison dans laquelle, et je sais déjà que La maison des feuilles, que je n’ai pas encore commencé, sera du même acabit. Quand en plus le labyrinthe narratif se double d’un labyrinthe spatial, alors là 🙂

En général, ces relectures sont plus studieuses, j’aime annoter davantage le texte, retenir des passages… je n’ai pas encore relu de roman que j’ai déjà chroniqué depuis que je tiens le blog, mais il sera intéressant de voir comment je formaliserai mon retour.

Tout se prête-t-il à la relecture ?

J’imagine, mais… prudence ! Car j’ai déjà expérimenté les grosses déceptions. Vouloir retrouver les sensations et la magie ressenties longtemps avant peut s’avérer impossible et alors très décevant. Souvent, le regard que l’on porte, nos goûts… peuvent avoir évolué et nous amener à avoir un œil beaucoup plus critique sur nos relectures.

Pour ma part, j’ai le souvenir d’une relecture avortée. Je n’ai jamais réussi à relire la saga Les semailles et des moissons d’Henri Troyat. Pas parce qu’elle me semblait moins bonne, mais parce que je me souvenais surtout d’une corrélation entre état d’esprit, musique, ambiance et lecture, et je n’ai jamais réussi à retrouver ça. La relecture me semblait alors tellement fade.

Par contre, j’ai relu des sagas que j’ai avalées plus jeune, et que j’ai trouvées pour le coup très mauvaises ensuite : Twilight, Fifty shades of Grey font partie de ces ratages au deuxième essai, et n’ont pas résisté à une expulsion de ma bibliothèque !

Et vous ?

C’est le temps des questions, comme à chaque rendez-vous du samedi, et cette Pause Café #29 n’y échappe pas !

Etes-vous un relecteur, occasionnel ou assidu ? Ou bien votre PàL ne vous laisse aucun répit ?
Avez-vous des moments dans l’année plus propices à la relecture de romans ? Avez-vous des œuvres doudou que vous aimez garder sous le coude et dans lesquelles replonger pour vous rebooster ?
Quels sont les livres que vous aimez relire ? Y a t-il des livres que vous avez déjà relus plus d’une fois ?

C’est la fin de cette Pause Café #29, j’espère qu’elle vous aura donné envie… de relire certains de vos livres ! J’espère surtout que le manque de temps ne vous empêche pas de faire ces lectures que vous aimeriez, même si je sais que c’est difficile avec la tension permanente des nouveautés. De mémoire, pas mal de challenges offrent cette possibilité dans leurs menus. C’est peut-être l’occasion, alors, de vous pencher sur le bouquin que vous aimeriez vraiment beaucoup relire prochainement ? 🙂

16 commentaires sur “Pause Café #29 – Lecture… et relecture

Ajouter un commentaire

  1. Encore une pause café qui me parle totalement et dont je te rejoins à 100% !

    J’adore la relecture pour diverses raisons, à commencer par celle de retrouver des lieux, des personnages et des émotions familières et qui offrent un important réconfort.

    Je relis, et comme toi, également certaines œuvres dont le message véhiculé changera selon la période, l’âge et le sentiment face desquels je suis. C’est le cas d’Emily Brontë et Les Hauts de Hurlevent dont les lectures diffèrent à chaque fois. Et puis d’autres, comme Le Portrait de Dorian Gray détiennent tellement de métaphores qu’une seule lecture ne suffit pas à saisir toute la dimension du texte.

    Pour finir, je suis ravi de lire que je ne suis pas le seul à réaliser une relecture comme test ultime afin de réaliser du tri dans ma débordante bibliothèque. Néanmoins et même si certaines n’ont plus le même goût que lors de leurs découvertes, je ne me peux m’en séparer tant ils représentent une part de moi.

    Voila pour mon petit racontage de vie. Je te souhaite une belle journée et un délicieux week-end.

    1. J’aime beaucoup lire les racontages de vie des autres tu sais 🙂 Merci beaucoup pour ce partage ! On se retrouve sur pas mal de points encore une fois. Et tu me fais penser que décidément, Les hauts de Hurlevent il va vraiment falloir que je le relise !!
      Et alors c’est très rigolo, parce que figure-moi qu’hier, en réorganisant ma bibliothèque, j’ai retrouvé… mes 3 volumes de fifty shades of grey 😀 bien planqués derrière des piles. Comme quoi, comme toi parfois je ne peux pas me séparer non plus de certains bouquins même si je les trouve carrément moins bons à la relecture, tant ils m’ont marquée… C’est vrai que nos lectures sont une part de nous, tu as tout à fait raison, et je trouve ça très beau d’ailleurs.

      Je te souhaite un très bon week-end aussi, et bon courage si tu travailles !

  2. Bonjour à toi,

    En fait, je relis peu. Par manque de temps, comme tu le précisais : j’ai déjà une pile de livres en retard qui me zieutent méchamment et me font comprendre que penser à relire leurs petits camarades n’est pas une option.

    En plus, j’ai déjà essayé comme toi la relecture d’un livre qui m’avait énormément plu. Je ne recommencerai sans doute qu’ au compte-goutte avec d’immenses pincettes tant ces premiers essais ont été des échecs. J’ai changé, les conditions de lecture aussi et je n’ai jamais retrouvé le plaisir (sans doute idéalisé par le passage du temps) éprouvé la première fois.

    Merci pour cette pause encore une fois passionnante,
    Bonne journée et bon week-end.

    1. Bonjour !

      Est-ce que je peux te dire que je pensais à toi quand je mentionnais ces piles à lire qui nous guettent méchamment ? 🙂 C’est parce que tu m’avais déjà dit au détour d’un ou deux commentaires que tu aimerais bien relire tel bouquin, mais que le temps manquait. Bon, en vrai… on est tous un peu dans ce cas de figure je crois.
      Comme je te comprends ! Depuis que je blogue, je n’ai fait aucune relecture non plus. Et comme toi, frileuse aussi maintenant sur la relecture, car comme tu le dis, on idéalise beaucoup… et on change. C’est tellement une déception quand ça arrive 🙁

      Je te remercie beaucoup pour le partage de ton ressenti, et je te souhaite un très bon week-end également, et bonnes… lectures alors 🙂

  3. Je relis très peu pace que ça ne m’attire pas, et que je crains toujours la déception et de gâcher de beaux souvenirs. Mais je te rejoins, il y a des livres qui ont plusieurs niveaux de lecture et qui ne dévoilent toute leur richesse qu’après plusieurs lectures…

    1. je te comprends, certaines expériences de relecture ont tout à fait été comme ça : des déceptions et des souvenirs que j’avais gâchés… je suis plus frileuse maintenant.

  4. La relecture a toujours fait partie de ma vie de lectrice. J’aime retrouver certaines sensations ou certains personnages qui m’ont particulièrement marqué et dont la relecture m’apporte beaucoup de satisfaction. Certains romans feel good (la saga scorpi de Roxane Dambre, la saga Meg Corbyn d’Anne Bishop, etc…) qui a chaque lecture me mettent dans un état d’esprit particulier que j’aime retrouver. D’autres lectures comme Hyperion de Dan Simmons ou Le cycle de Pern d’Anne McCaffrey qui sont de longues sagas à tiroirs qui à chaque lecture me font découvrir de nouvelles facettes des personnages ou des thèmes abordés par l’auteurice.
    La relecture c’est aussi une façon de me relancer quand j’ai du mal à lire de nouveaux romans ou quand j’ai le moral au plus bas. Des lectures doudous qui au fur et à mesure que je grandis en tant que lectrice, se renouvellent.
    Je me méfie cependant des relectures qui m’ont marqué plus jeune et que je relis plus âgée, les émotions sont rarement au rendez-vous. On évolue en tant que lecteur et nos relectures doivent en prendre compte 😉

    1. Je susi trop contente de lire que tu relis Meg Corbyn ! J’ai adoré cette saga et l’ai relue une fois, j’avais peur de me rendre compte qu’elle était assez fade et de doucher mon enthousiasme… mais pas du tout ! très très bonne saga.
      Je te rejoins aussi sur la relecture qui sauve d’une panne de lecture, c’est une très bonne idée pour se remettre le pied à l’étrier et reprendre du plaisir à lire.
      C’est toujours un plaisir de te lire, merci pour ton retour passionnant et le partage de ton expérience 🙂

  5. Oh, chouette, une nouvelle Pause Café !
    (bon, je suis en retard pour commenter celle, pas évidente, sur l’oeuvre et l’artiste, mais ça mérite réflexion, vu le sujet).
    J’ai toujours eu des livres que je relisais à l’occasion, pour différentes raisons – une histoire qui m’a plu, un univers doudou, un style… certes, on ne retrouve pas toujours la magie de la première lecture. Il y a des livres qui m’ont toute retournée (dans le sens : m’ont fait un gros effet) que je ne relirai pas, parce que la puissance émotionnelle de l’expérience de lecture était liée à l’instant où je l’avais lu.
    L’hiver et les moments de blues sont souvent propices pour les relectures doudous, mais pas que. ça dépend de mes envies, humeurs… il y a bien sûr les classiques et les chouchous de mon enfance, mais aussi des BDs (je pense à De Cape et de Crocs qui fourmillent de références culturelles). D’ailleurs relire un livre de son enfance adulte donne souvent une nouvelle expérience de lecture ! C’est le cas pour J’ai tant de choses à te dire de John Marsden, que j’avais adoré gamine, mais ce n’est qu’en le relisant adulte que j’ai pleinement saisi certains indices laissés par l’auteur et mieux appréhendé l’histoire, très forte.
    J’ai aussi un roman-de-la-honte que je relis souvent, sans oser en parler. Alors que les thèmes sont intéressants, mais je ne saurais pas expliquer pourquoi j’aime bien le relire et j’ai l’impression que les gens trouveraient ça bizarre, que je le relise régulièrement. Peut-être à tort, d’ailleurs.
    La relecture c’est le confort, comme remettre des pantoufles bien à notre pointure.
    Ma PAL gigantesque m’empêche de relire autant que j’aimerais, mais ça m’arrive tout de même de temps en temps.
    (ah et il y a les livres de référence, que je relis pour me rafraîchir la mémoire quand j’ai besoin d’une info !)

    1. Oh, comme tes commentaires fleuves m’avaient manqué 🙂
      Ah mais oui, c’est vrai que je n’ai pas mentionné les ouvrages de référence ! Pourtant, c’est effectivement une catégorie d’ouvrages qu’on relit souvent.
      Et puis quant à ta lecture de la honte… très rigolo parce que la prochaine pause café s’intitule « confidences livresques inavouables » ^^ peut-être voudras-tu me dire la tienne si je te dis la mienne 😀

      J’aime bien ton image de la lecture comme des pantoufles : c’est tout à fait ça ! C’est très joli comme image, et renoue avec le côté bienveillant et chaleureux. C’est vraiment très bien trouvé !

      1. Awwww merci ! ❤️ Je suis contente de retrouver aussi plus de temps pour voguer sur les différents blogs et y papoter ❤️

        (oui, peut-être que je l’avouerai enfin lors de ta prochaine Pause Café… 🙈)

        Et merci pour l’image, tu as bien compris ce que je signifiais par là ! 🙂

  6. Aujourd’hui, plutôt relectrice occasionnelle et uniquement pour des livres doudous parce que j’ai un coup de mou, un besoin de me cocooner avec une lecture qui me fait toujours du bien. Avant je faisais davantage de relecture (HP, Ewilan, etc.) mais aujourd’hui il y a trop de livres qui sortent pour que je puisse faire ça souvent.

    1. On en est tous un peu là, débordés par les trop nombreuses sorties.
      Cela dit, pour sortir de ce cycle assez moyen de lectures, je fais une relecture… de saga ! Mais oui c’est fou je sais. Je relis Meg Corbyn d’Anne Bishop. j’adore cette saga.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :