Avis flash #1 – Juin 2022

Avis flash #1 : retour sur quelques lectures du mois de juin
–> La chambre nymphale, de Maude Elyther
–> Un étranger en Olondre, de Sofia Samatar
–> La princesse sans visage, d’Ariel Holzl

-> La maison enchantée, d’Agathe Sanjuan

Maude Elyther – Chambre nymphale

Ma 15ème lecture du ABC Challenge de l’imaginaire (Lettre E). Chambre nymphale a été publié à l’origine par Noir d’Absinthe; toutefois, il a récemment réédité aux Editions Octoquill, sous le titre Encres de nuit.

En pratique

Maude Elyther, Chambre Nymphale, 2019 puis Encres de nuit, Editions Octoquill, 2022
Couverture d’Encres de nuit : Miblart

Synopsis maison

Otto sort d’une longue période de trauma. Torturé par son double intérieur, perturbé par sa rencontre avec Stéphane, écrivain lui aussi instable, Otto s’enfonce dans ses cauchemars, perdant le fil avec la réalité.

Avis flash

Chambre nymphale est un roman expérimental. J’ai cherché pendant un moment une sorte de fil rouge, une intrigue avec un début et une fin. Erreur ! Chambre nymphale n’est pas une histoire mais une écriture de la folie, pleine et entière. L’autrice explore, triture, fouille… les méandres d’une psyché complexe.

Maude a parfaitement réussi à traduire la perte de repères, tant pour ses personnages que pour ses lecteurs. C’est vertigineux, et fantastique tant la limite entre réalité et surnaturel s’estompe. Attention, c’est un roman difficile, pas pour tout le monde.

Chambre nymphale (dans son édition de NdA) comporte également quelques peintures de l’autrice, réalisées pendant l’écriture du roman. Elles renforcent l’expression brute, sans fard de cet inconscient.

Une expérience de lecture à part entière, que j’ai appréciée malgré des thématiques difficiles. J’aurai plaisir à lire le tout nouveau roman de l’autrice, Le bois écarlate, paru aux éditions Kiwi.

Sofia Samatar – Un étranger en Olondre

En pratique

Sofia Samatar, A stranger in Olondria, 2012; Première édition VF aux Editions de l’instant, 2016
Argyll Editions, Avril 2022
Couverture : Xavier Collette
Traduction : Patrick Dechesne

Synopsis maison

Jevick rêve depuis son enfance d’Olondre. Lorsque son père, marchand de poivre, meurt, son rêve se réalise.
Mais quand Jevik devient hanté par le fantôme d’une femme et est pris dans une guerre civile entre deux factions religieuses, sa liberté est compromise…

Avis flash

Ca a super bien commencé : un récit descriptif, contemplatif, raconté à la manière de mémoires. L’arrivée en Olondre est sensorielle, pleine de couleurs et de parfums. La langue est fluide, joliment enrobée dans une traduction très réussie.

J’ai apprécié, pendant un temps, la lenteur du récit. Toutefois, une fois la moitié passée, j’ai commencé à trouver le temps très long. La position de Jevik entre deux positions religieuses, ses quelques péripéties sur les quelques mois/années qui se déroulent… a fini par ne plus me passionner. Je me rends compte qu’au-delà de la beauté du texte, je commence à apprécier l’histoire d’un bouquin pour elle-même.

Peut-être m’a t-il quand-même manqué un peu de rythme : le roman est assez long, à un moment j’ai besoin d’être captivée. J’ai perdu le lien avec ce roman en cours de route, malheureusement.

Cela vient aussi peut-être du fait que je n’ai pas saisi le message de ce roman. Que voulait donc nous dire l’autrice à travers ce récit ? Je n’ai pas réussi à capter les enjeux derrière cette histoire. J’y reviendrai sans doute un jour, plus tard.

Ariel Holzl – La princesse sans visage

En pratique

Ariel Holzl, Les royaumes immobiles, Tome 1 : La princesse sans visage
Slalom, Mai 2022
Couverture : Germain Barthélémy

Synopsis maison

Bienvenue dans les Royaumes Immobiles ! 4 monarques feys régulent les flux magiques. Le trône d’automne est vacant après la mort du Roi Gris. Alors un nouveau sacre est organisé. Et ce sera une monarque ! Un tournoi, des épreuves, 7 candidates : que la meilleure gagne ! Et que les plus faibles meurent.

Avis flash

Chouette roman lu en quelques heures ! Ariel Holzl est je pense le seul auteur désormais qui peut me faire encore apprécier le YA, qui ne me correspond plus trop.

Alors évidemment c’est un roman YA. Les chapitres courts, le rythme haletant comportant parfois quelques raccourcis fastoches, une héroïne jeune pas douée mais dont le destin va l’amener bien haut, les gentils pauvres contre les méchants puissants… Clairement, ce n’est pas un roman qui réinvente le genre.

Cependant j’ai aimé ma lecture. Pour plusieurs choses :
– le ton de l’auteur. Moins piquant que Belle de gris mais je l’ai entendu quand même.
– la qualité de la langue. Pas de dialogues de djeuns, pas de discours oralisé à outrance, un respect du niveau de langage cohérent avec les personnages.
– les références à Maître Shakespeare : tant King Lear, Midsummer night’s dream ou Roméo et Juliette. J’adore cette intertextualité pertinente.
– la ribambelle de pétasses fardées et de foldingues que j’ai adoré détester;
– le côté girl power qui est appréciable. Ici la puissance est féminine !
– la carte et les illustrations et la couverture de Germain Barthelemy, superbes et qui offrent au roman un écrin parfait.

Agathe Sanjuan – La maison enchantée

En pratique

Agathe Sanjuan, La maison enchantée
Aux forges de Vulcain, 2022
Couverture : Elena Vieillard

Synopsis maison

Jeune femme passionnée d’art, Zoé est collectionneuse.
Un jour, elle découvre collection privée unique au monde. Un endroit où l’art est sublimé, magnifié à un tel point que la passion dévorante de Zoé dépasse alors la frontière de la réalité…

Avis flash

Un peu comme Un étranger en Olondre : ça a fort bien commencé, pour les mêmes raisons, et ça s’est moins bien fini.

Un super démarrage : j’ai adoré ce plongeon dans le monde de l’Art. Tant matériel (les galeries, les antiquaires, les enchères) que sensoriel. Zoé aime toucher le papier, le sentir sous ses doigts. Quand elle ramène une estampe chez elle, on assiste à des scènes très intimes, silencieuses, empreintes de solennité où le Beau a toute sa place. La plume est tout aussi délicate.

Zoé est solitaire. A côté de sa passion et de sa poésie, il y a la réalité, terre à terre, qu’elle tient d’une main de fer. Je me suis beaucoup identifiée à elle, et elle m’a portée à ses côtés pendant la première partie du roman.

En revanche, le milieu du roman bascule avec la visite de cette collection unique. J’ai eu un mal fou à me la représenter dans mon esprit, comme un surplus d’images qui se mélangent. Le roman bascule dans quelque chose de plus fantastique qui m’a alors moins plu.

Et il faut bien le dire : je n’ai absolument rien compris au dénouement.

Voilà pour ce premier billet d’avis flash, pour les lectures passées sous le radar des chroniques du blog. En avez-vous lu certains ? Les avez-vous aimés ? Certains vous tentent ?

7 commentaires sur “Avis flash #1 – Juin 2022

Ajouter un commentaire

    1. merci pour ton retour ! je trouvais dommage de ne pas parler de ces lectures sur lesquelles je n’avais pas forcément énormément de choses à dire. Je t’avoue être un peu déçue par ce livre, j’ai adoré cette première partie qui me correspondait parfaitement, mais à un moment, j’ai besoin que le roman décolle, et là je trouve qu’on traîne des pieds. J’aurais du mal à te le conseiller, même si je pense qu’il mérite le détour…

  1. Sympa ce format d’article ! il faut que je lise le nouveau Holzl bien sûr, mais j’ai un peu de temps avant la sortie de la suite ! C’est vrai que j’avais été perplexe sur la fin de La maison enchantée, je suis pas sûre d’avoir compris non plus 🤨

    1. Merci pour ton retour ! Ca m’évite une panne de blog aussi à vrai dire; pas bcp d’énergie en ce moment pour m’investir dans des chroniques à rallonge (et mes lectures du moment ne m’emballent pas des masses). Ca me semblait pas mal comme format, je suis contente que ça te plaise !
      Oui, rien ne presse pour le Holzl, tu peux attendre un peu pour lire le suivant pas trop tard après.
      Et la maison enchantée… oui, très étrange ce revirement ! Je me souviens de ton avis, que je rejoins complètement; passée aussi à côté des messages que l’autrice voulait faire passer.

  2. J’aime bien cette idée de format ! La maison enchantée me tente bien, un peu moins en lisant ce que tu en as pensé, mais peut-être un jour. Pour Chambre Nymphale, j’en ai fait l’expérience il y a quelques années et autant j’ai envie de le relire car il m’a beaucoup touchée, autant j’appréhende ce moment qui ne sera pas facile. En tout cas, je ressors de cet article avec quelques idées de lecture !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :