ProjetOmbre : une année de nouvelles

Mais qu’est-ce que c’est ? Un challenge littéraire ! Encore un ? Oui, encore un ! Mais quand liras-tu tout ça ? Heu… mais c’est quoi cette question futile d’abord ? 😀 Si j’ai choisi de participer au ProjetOmbre, c’est parce qu’il va me sortir de ma zone de confort, et qu’il est suffisamment modulable pour que je puisse participer sans être étouffée sous ma pile de livres à lire.

Présentation du ProjetOmbre

Le principe

Le ProjetOmbre est un challenge de lecture de formats courts. Ce challenge existait l’an dernier, et était géré par le blog Les lectures du Maki. Il s’appelait donc tout naturellement ProjetMaki. Cette année, c’est Manon du blog Ombre Bones qui organise tout ça. Le logo est une création d’Anne-Laure. Je vous l’ai présentée il y a quelques temps, à l’occasion d’un billet sur sa newsletter bimensuelle sur l’imaginaire, sur son blog Chut… Maman lit !

Le but est donc de lire du format court. Qu’est-ce que c’est le format court ? Plusieurs formes existent et je vais paresseusement copier-coller les mots de Manon : « moins de 7500 mots = nouvelle, 7500 – 17499 mots = novelette, 17500 – 39999 mots = novella ». Au-dessus, ça ne compte pas, c’est un roman.

Le but du jeu est donc de compter chaque mot à la lecture pour s’assurer qu’on est bien dans les clous du challenge. Pour une nouvelle, c’est assez évident, on peut se dispenser de compter. Mais ça se complique pour les novellas, d’où l’intérêt de bien compter.

Non, c’est une blague, évidemment. En général, le format est précisé dans les informations éditoriales du livre. Mais si vous avez envie de compter, faites-vous donc plaisir, personne ne vous en empêche.

Les niveaux

Plusieurs niveaux sont proposés dans le ProjetOmbre, et là encore je vais de nouveau copier-coller les infos directement tirées de l’article de Manon (« quelle flemmarde je fais ? » oui vous avez totalement raison) :

« L’ombre du palmier : challenge à la cool, sans fixer d’objectifs précis hormis celui de lire au moins un texte au format court en 2021.
L’ombre à la douzaine : au moins une nouvelle tous les mois, pour un total de douze sur l’année.
Le doublé de l’ombre : deux nouvelles tous les mois, pour un total de vingt-quatre sur l’année.
L’ombre acharnée : au moins une nouvelle par semaine pour un total de minimum 52 nouvelles sur l’année 2021. »

Et enfin, les missions

Et enfin, il y a moyen d’épicer tout ça en se rajoutant des missions à remplir ou pas (et vous connaissez la chanson, je vais copier-coller…) :

« Janvier : Lire une nouvelle de science-fiction
Février : Lire une nouvelle qui parle du carnaval ou du cirque.
Mars : Lire une nouvelle d’un auteur ou d’une autrice francophone
Avril : Lire une nouvelle humoristique
Mai : Lire une nouvelle dont l’auteur a la même initiale que sur son nom de famille. Si on fait nom + prénom, ça compte x2.
Juin : Lire un texte au choix qui compte double : et pour le ProjetOmbre et pour le S4F3, autre challenge (son petit nom complet c’est le Summer Short Stories of SFFF)
Juillet : Lire une nouvelle qui se passe sous le soleil
Août : Lire une anthologie complète / un recueil complet sur le mois.
Septembre : Lire une nouvelle qui parle d’une école ou se passe dans une école.
Octobre : Lire une nouvelle qui fait peur.
Novembre : Lire une nouvelle dont la langue d’origine n’est ni l’anglais, ni le français.
Décembre : Lire une nouvelle où on offre un cadeau »

Voilà pour le challenge ! Ce qui est bien aussi, c’est qu’il y a de nombreux participants, et que les chroniques et avis se partagent dans des discussions passionnantes. Ca en fait un challenge vivant. Un peu dangereux car la wish-list et la pile à lire se remplissent (!) mais c’est aussi l’occasion d’échanger avec plein de lecteurs et de visiter plein de blogs.

Et pourquoi je participe, d’abord ?

Je le disais plus haut, c’est un peu un défi personnel. Depuis ma rencontre avec la nouvelle Le Horla de Maupassant au collège, je suis traumatisée. Par Maupassant, et par le format court. C’était pourtant il y a 20 ans (nom d’une chouette), mais je m’en souviens encore.

J’ai cultivé par la suite un certain nombre d’a priori sur ce format. « Trop court », à une époque où j’ai adoré lire des sagas de plusieurs volumes. « Pas assez riche, pas assez profond, pas assez développé. Vide. Frustrant ».

Peut-être ceci est-il vrai pour un certain nombre d’œuvres, mais c’est le cas pour tout type de format quand on y réfléchit. J’ai pu appliquer tous ces adjectifs à un certain nombre de romans et de sagas qui m’ont épatée par leur platitude consternante, leur manque d’imagination, leur vide désolant. Donc tout dépend de l’auteur, finalement. Alors voilà, j’ai vu ce challenge comme un signe.

Mais comme je suis frileuse, et que j’adore toujours autant un bon roman de 400 pages, je commence avec le challenge « L’ombre à la douzaine », avec au moins une nouvelle par mois. Ce qui est bien c’est que si je lis un recueil de 10 nouvelles, qui se lirait alors comme un roman, je valide 10 nouvelles et hop, j’explose mon compteur. Top, non ? 🙂

La p’tite liste de Zoé

En janvier, j’ai commencé le ProjetOmbre avec La mère des mondes de Jean-Laurent del Socorro (Le Bélial, 2012). Vous allez me dire, je ne me suis pas foulée, ça faisait 10 pages. N’empêche ça a balayé tous mes a priori énumérés au-dessus. J’ai trouvé de l’épaisseur, une plume percutante, j’ai même eu un sentiment de vertige, tant spatial que temporel. Et en plus, j’ai rempli la mission du mois (SF). La chronique est disponible ici.

Pour février, j’ai d’abord prévu de lire Binti, de Nnedi Okorafor (éditions Actu SF, 2020). En fait, je l’ai déjà commencé. Ce texte contient deux novellae reliées par une courte nouvelle. Je l’ai intégré pour le ABC Challenge de l’imaginaire 2021, et Yuyine l’a lu il y a peu de temps. Elle m’a convaincue de le lire là maintenant. Bon, j’avoue que pour l’instant, je m’ennuie comme un rat mort (mais visiblement, la première nouvelle a cet effet sur beaucoup de lecteurs).

Ensuite, je voudrais enchaîner avec les deux Sacra de Léa Silhol (Nitchevo Factory), que j’ai reçus pour Noël. Je ne veux plus attendre davantage, j’ai vraiment hâte de les lire enfin ! (Les couvertures sont à couper le souffle, Dorian Machecourt est un génie). MàJ 11/02/21 : La chronique est ici !


En mars, j’aimerais lire la novella La fontaine des âges de Nancy Kress, qui sort en février aux éditions du Bélial. La dame a été de nombreuses fois primée (prix Nebula, prix Hugo…), et cette novella SF aussi.

Petit plaisir ensuite pour mon anniversaire en avril, je retrouverai Léa Silhol mais cette fois avec Traverses, anthologie de la fantasy urbaine, paru aux anciennes éditions de l’Oxymore en 2002.

En mai, Lady Astronaute me tente bien, j’avais beaucoup aimé Vers les étoiles, de Mary-Robinette Kowal. Le recueil de 5 nouvelles qui composent Lady Astronaute est paru chez Folio SF (octobre 2020).

Pour le mois de juin ce sera ensuite le recueil Paris Futurs, une anthologie. Le recueil a été publié chez Archeosf en 2013. Un Paris du futur, imaginé par divers auteurs au XIXème siècle. Mission : anthologie complète !

Juillet-Août, les congés ! Que vais-je emmener en vacances ? 🙂 Une récente chronique d’Aelinel sur Cookie Monster de Vernor Vinge m’a convaincue de lire cette novella parue en 2016 dans la collection Une Heure Lumière, aux éditions du Bélial’. Ce sera mon premier pas dans la hard SF. Et pour le mois d’août, j’aimerais bien découvrir l’anthologie La Folie et l’Absinthe aux éditions Noir d’Absinthe (j’adore cette maison). 13 nouvelles autour de la folie, des rêves et des cauchemars…

Pour la rentrée en septembre (je suis restée comme les enfants, moi, la rentrée c’est en septembre), Jardins de poussière de Ken Liu me plairait bien. Rien à voir avec une école (la mission), mais ce n’est pas grave.

Pour fêter l’automne et Halloween en octobre, j’aimerais bien lire, en vrai (et pas à l’arrache par-ci par-là) les 11 nouvelles qui constituent le canon du Mythe de Cthulhu de Lovecraft. Si quelqu’un a une édition à me conseiller, je suis preneuse ! J’avais pensé à l’intégrale du mythe en 4 volumes chez Bragelonne. Mission : lire une nouvelle qui fait peur.


En novembre, ce sera la novella Terre Errante, de Liu Cixin, aux éditions Actes Sud en 2020. Mission langue d’origine autre que français et anglais. Et ça rentre dans le challenge auteurs SFFF 2021 que je suis aussi sur Babelio (auteur étranger).


Et enfin en décembre, Miroirs et fumées de Neil Gaiman (Au diable Vauvert pour l’édition traduite, 2000) : mon Dieu sur Terre, créateur des Sandman, qui m’ont fait rentrer dans le monde magique de la fantasy et du merveilleux, de Neverwhere (et rappelons-le, c’était d’abord la série, puis ensuite le livre, tous deux excellents), d’Un océan au bout du chemin, de The Good Omens avec Sieur Pratchett, de American Gods… Neil Gaiman est aussi un ardent défenseur de l’imaginaire et des bibliothèques. Bref, un génie.

Des lectures annexes…

Parallèlement, des textes issus des revues Fantasy Art & Studies ainsi que du nouveau format de la revue Fiction l’imaginaire radical (1er numéro à paraître en mars) apporteront leur lot de lectures supplémentaires. Il y aura aussi le tome 2 de Binti qui va sortir avant l’été, que je lirai sans doute si j’ai aimé le tome 1. Enfin, la réédition des nouvelles de Jack Vance en quatre volumes me tente bien, mais je suis quasiment sûre que je ne lirai pas tout d’un coup, ni quand.

Conclusion

Voilà, voilà, le petit programme de l’année. Ca promet, non ? 🙂 Et vous, vous allez lire quoi ? Je suis sûre que vous en avez déjà lus certains, mais y a t-il des livres que vous n’avez jamais lus ? Ils vous tentent ? Bonnes lectures !

5 commentaires sur “ProjetOmbre : une année de nouvelles

Ajouter un commentaire

    1. En fait, son dernier roman date de mars 2020, c’était la glace et la nuit tome 2 (albedo). En revanche, ses recueils de nouvelles Sacra sont sortis en 2016. Je ne les avais pas encore dans ma bibliothèque, et figuraient sur ma liste au père Noël ^^ Et merci pour ton passage et pour avoir gonflé ma PàL aussi 😉

      1. La glace et la nuit a été publiée il y a un petit moment (plus de dix ans si ma mémoire est bonne) mais je suis contente qu’il ait bénéficié d’une nouvelle édition en 2020. Avec La sève et le givre, c’est un diptyque qui mérite d’être connu. Du coup, j’espère qu’il y aura une suite.

  1. Si tout va bien, oui, Rubedo est prévu pour cette année 🙂 ! Oui Nigredo a été réédité en 2020, en version augmentée. Je crois que c’était paru aux moutons électriques il y a quelques années ? Je l’ai découvert assez tard, du coup j’ai acheté la version rééditée chez Nitchevo. Par contre, il me semble qu’Albédo était un inédit… ? enfin je crois, je me perds encore un peu dans la carte ^^
    Je suis tout à fait d’accord avec toi, ça mérite d’être connu ! J’ai commencé le t1 de Sacra hier… j’aime j’aime j’aime 🙂

    1. Tu ne te perds pas, Albedo est bien un inédit, le second opus du triptyque La Glace et la Nuit. 🙂 Nigredo, le premier volume, était initialement paru en 2007, avant sa réédition revue et augmentée chez Nitchevo…

      Je te souhaite une merveilleuse lecture de Sacra ! (qu’est-ce que j’aime ces recueils…)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :