Pauline Sidre – Crimes surnaturels T1 – #PLIB2023

Quel plaisir de retrouver la plume de Pauline ! Chaudron de bruyère est le premier volume de sa série Crimes surnaturels, paru aux Editions du chat noir en mai 2022. Je me suis procuré ce roman aux Imaginales, soigneusement dédicacé par son autrice, avec qui j’ai pu papoter un petit peu. Après plusieurs lectures mitigées, j’avais besoin de revenir à des valeurs sûres. Le roman de Pauline était parfait pour ça, et comme prévu, j’ai passé un très très bon moment.

Synopsis

« Les sorciers et sorcières d’hier ont cédé leur place aux sortilégeants, une communauté de personnes aux traditions anciennes et aux capacités hors-normes, qui vit en marge de la société humaine.
Lorsque des crimes impliquent les deux mondes, la D.C.C.S. est la seule division capable d’intervenir.

Givre, plumes noires et sang sorcier. Voilà de quoi sont peuplées les nuits de Bénédicte, depuis son arrivée dans un village lorrain troublé par un meurtre. Ces visions qui le tourmentent depuis son enfance, il en a l’habitude : il s’appuie sur elles pour mener ses enquêtes. Mais cette fois-ci, les rêves prennent prise sur la réalité. Un conte ancien renaît au creux des bois. Bénédicte doit rapidement identifier la menace, s’il ne veut pas sombrer dans la folie.
Il pourra compter sur le soutien de Sésanne, sa bonne humeur inaltérable et le savoir immense qu’elle détient malgré elle. Et celui de sa nouvelle recrue, Lycaon, un jeune limier. Le seul limier plutôt, une fonction sortilégeante qui voue au déshonneur. Alors pourquoi accepterait-on de l’occuper ?

Entre passé et présent, le trio d’enquêteurs n’est vraiment pas prêt à affronter ce qui se cache au fond du chaudron de bruyère ».

Une ambiance mouillée

C’est ce que j’adore en premier lieu chez Pauline : l’ambiance de ses textes. J’avais aimé Rocaille pour cette raison, et j’avais trouvé sa nouvelle dans Féro(ce)cités, La voix des écorces, tout aussi splendide. Non seulement Pauline dépeint des ambiances, mais elle les donne à voir, à entendre, à sentir. Sa plume est sensuelle, sensorielle, pleine d’émotions. Elle manie les mots et les sons avec beaucoup de maîtrise, sans que cela ne paraisse artificiel ni lourd.

Rocaille nous emmenait dans un désert minéral, La voix des écorces dans un univers plus sonore et chanté. Chaudron de bruyère nous plonge au cœur de la Lorraine, là où il pleut des jours durant en automne. Chaussez vos bottes en plastique, car les trombes d’eau dévastent tout, et sur leur passage, éclosent mousses, champignons et pourritures. Ca fait spouitch spouitch sous les pieds, ça sent bon (ou pas) la mousse (et le moisi), et on s’enfonce avec joie (hum) dans la forêt pleine de sorcellerie, d’os et de sang de Tilliac (et son manoir en ruines – il FAUT un manoir dans ce type de récits).

Quelle réussite ! Vous allez prendre peur si je vous dis que j’ai adoré cette ambiance ? Pauline ne dit pas, elle montre. A force d’images, de sonorités et de rythme dans la langue : on se plonge directement dans cet univers végétal et humide qu’on imagine sans peine, sans besoin de tartines descriptives. Un ressenti accentué par une sensation d’étouffement : à la fois par cette forêt un peu glauque et embrumée mais aussi par le huis-clos créé. Nous voilà coincés à Tilliac à cause des pluies et des inondations !

Une intrigue captivante

Outre l’ambiance, j’ai adoré l’histoire. J’ai été complètement happée par cette enquête étrange. Crimes surnaturels est une série, toutefois chaque tome se lit de manière indépendante. Evidemment, les personnages j’imagine seront récurrents et les liens qu’ils tissent entre eux se suivront de tome en tome. Toutefois, l’enquête de Chaudron de bruyère se termine avec ce volume.

On est ici dans une ambiance polar, avec tous ses ingrédients (enquête, témoins, suspense, paperasse administrative, énigmes à résoudre, alternance de périodes de stagnation et d’accélérations etc. etc.). Je suis pas une pro du polar, mais j’ai trouvé que ça marchait bien. C’est un peu un roman à tiroirs. C’est complexe, avec des récits emboîtés, des fils qui se tissent, se mélangent et se nouent ensemble, entre passé et présent. A ce titre, j’ai beaucoup aimé le parallèle entre la sorcellerie d’antan et celle d’aujourd’hui, d’ailleurs traitée avec ironie parfois; le contraste est saisissant. De même, la touche onirique avec la plongée de Bénédicte dans ses cauchemars apporte une densité supplémentaire.

Interludes au passé intégrés dans une trame au présent, narration alternant les focus personnages, sorcellerie et ésotérisme, polar, visions cauchemardesques, frontière entre réel et surnaturel très fine… : beaucoup d’éléments dans ce roman qui est un vrai puzzle. Et pourtant, jamais on ne s’y perd, et c’est là le talent de Pauline. En effet, le tout est bien huilé, et prend son sens au fur et à mesure de la lecture, qui parvient à rester légère et entraînante. C’est de la sorcellerie.

Des personnages originaux

Autre gros point fort du roman : ses personnages. La D.D.C.S m’a fait sourire : un bel acronyme bien pompeux (Direction Centrale des Crimes Surnaturels) pour une équipe bien réduite : deux électrons libres dont personne ne veut, car en marge des deux communautés établies (les sorciers, dits « sortilégeants » et les moldus, les « profanes »). Outre cette non appartenance, Bénédicte Leuphorie (ce nom est vraiment vraiment très drôle quand on connait le personnage) et Sésanne sont des personnages consistants (traînant pas mal de casseroles derrière eux) et savoureux malgré leurs caractères, taciturne pour le premier et… heu… bipolaire on va dire pour la seconde. Le rajout du limier, Lycaon, apporte un peu de piment, de fraîcheur et d’humanité dans ce duo.

Derrière eux, une tripotée de personnages intéressants, à commencer par les macchabées, le gros bras Hippomène (ce prénom !!) qui ramène sa fraise en cours de récit, la pimpante et guillerette Clara Pivert (ce nom m’a bien fait sourire aussi; l’onomastique est importante dans ce roman) et les mégères du Cercle de Bruyère avec leur parodie d’ésotérisme. A côté de ces personnages rigolos, on en a d’autres beaucoup plus sombres, agissant comme un contre-poids. Un bel équilibre trouvé là, avec néanmoins des petites touches d’amertume qui se dévoilent à travers les blessures des personnages.

Bref, un sans faute et un excellent moment de lecture. Je le savais mais j’en suis encore plus convaincue : Pauline est l’une de mes valeurs sûres.

En pratique

Pauline Sidre, Crimes surnaturels T1 : Chaudron de bruyère

Editions du chat noir, collection Griffe Sombre, mai 2022

Couverture : Nicolas Jammoneau

Autres avis : Maude a adoré ce premier volume, et son ambiance immersive remplie de pluie et de brumes.

#PLIB2023

#ISBN9782375681886

 

Crimes surnaturels T1 de Pauline Sidre, Chaudron de bruyère, est une invitation à sortir vos grimoires, chausser vos bottes en caoutchouc. On part à la cueillette des macchabées dans la forêt et de quelques ingrédients pour préparer la mixture du soir. Vous l’avez compris, j’ai adoré ce roman, que j’ai trouvé original, à la fois drôle et sombre, complexe mais léger. Toujours aussi fan de la plume de Pauline, qui nous démontre que quelque soit le temps et quelques soient les lieux qu’elle explore, elle y est à l’aise et nous raconte des histoires captivantes. Vivement le prochain !

14 commentaires sur “Pauline Sidre – Crimes surnaturels T1 – #PLIB2023

Ajouter un commentaire

  1. Il est dans ma wish list, mais j’avoue qu’après l’échec que fut Rocaille pour moi, j’avais un peu peur de sauter le pas. Ton avis me rassure néanmoins parce que j’ai bon espoir d’accrocher à l’ambiance et aux personnages, et le parallèle entre sorcellerie d’antan et de maintenant éveille mon intérêt !

    1. C’est fait avec beaucoup d’humour je trouve, notamment avec ce cercle de bruyère qui m’a fait sourire. Et puis ces sorciers new generation aussi.
      Le gros point fort à mon sens ce sont les personnages, que j’ai trouvés attachants, même Bénédicte qui est assez froid. J’ai adoré leur variété. J’espère que cela te plaira si tu te lances, et je ne peux que te le recommander 🙂

        1. j’y prêtais assez peu attention jusque récemment, mais j’avoue que désormais, j’aime bien être portée par des personnages qui me plaisent. Ils m’emmènent plus facilement par la main dans un roman. Donc je te rejoins !

  2. Je n’étais pas tentée, mais vu ton retour, et vu que j’ai déjà noté de jeter un oeil à Rocaille à l’occasion, je le note aussi ! 🙂

    1. Je pense que la plume de l’autrice a tout pour te plaire 🙂 Chaudron de bruyère serait parfait pour un challenge automnal (je dis ça comme ça sans arrière-pensée aucune n’est-ce-pas)

  3. Je suis ravie que tu aies autant apprécié de grimper sur la colline. Merci beaucoup pour ce bel avis !

  4. Je vais peut-être me le procurer et le lire rapidement si mes lectures mitigées se poursuivent… en espérant autant l’apprécier que toi 🙂

    1. Je l’ai lu en plein milieu d’une période de lectures mitigées aussi, et ça a été rafraîchissant.
      J’espère qu’il te plaira autant si tu te lances. Bon, par contre Bénédicte n’est pas le plus guilleret des personnages, hein ^^ Je préfère te prévenir, il ne donne pas la patate 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :