Claire Carabas – Ce que murmure la mer

Ce que murmure la mer de Claire Carabas est un roman paru aux éditions Magic Mirror, en 2017. C’est une réécriture de la petite sirène, figurant dans la collection « Enchanted » de la maison. Et en effet, ça m’a enchantée. J’ai trouvé ce texte touchant, joli et musical. Une petite douceur délicate, parfois piquante aussi. Ma dernière lecture du mois de la fantasy (nous avons trouvé l’amour = romance) : j’ai fini le mois de mai et le challenge en beauté ! 🙂

La petite sirène de Claire Carabas

Une toute jeune sirène n’a qu’un rêve : rejoindre la surface de l’océan et voir le monde terrestre. A sa première échappée, elle aperçoit un marin, Yvon. Elle tombe sous le charme. Souhaitant ardemment le retrouver, elle se rend auprès d’une sorcière, apte à lui donner des jambes. La vilaine lui coupe la langue en plus…

Affolée, Galathée la sirène ne peut plus faire demi tour, et se lance dans la poursuite d’Yvon. Un jour, celui-ci croit l’apercevoir, le temps d’une seconde. Mais les sirènes n’existent pas, n’est ce pas ?

Yvon va ensuite plonger dans une dépression assez profonde, et une amertume liée à son retour à terre.

Jusqu’au jour où il secourt sur le sable une jeune femme muette…

Une réécriture intéressante

Un texte rythmé et musical

On retrouve les aspects traditionnels du conte : pas de happy end, avec une morale destinée au jeune public; un récit un peu hors du temps et du réel. Pas évident de déterminer exactement quand le texte se déroule, mais aucune importance, le récit raconté est universel.

Le texte est très bien écrit, riche en vocabulaire marin. On est littéralement plongé dans ce roman. Les points de vue d’Yvon et de Galathée s’entremêlent, miment le flux et le reflux de la mer. Ca ondule comme les vagues… C’était une lecture vraiment agréable.

Une réinterprétation du conte

Certes, les deux voix s’entremêlent, mais ne s’accordent jamais, et apportent leur lot de quiproquos et de malentendus. On a ici une réflexion intéressante sur la différence et le dialogue entre deux mondes trop distincts pour se comprendre (sirène//humain, mer//terre).

Mais il y a aussi une morale cruelle et dure à propos de la confrontation des rêves des personnages à la réalité. C’est une dimension supplémentaire (et appréciable) ajoutée au conte originel : les personnages sont fouillés, humains, avec leurs failles, leurs rêves, leurs désirs, leurs déceptions, amères et leur violence contenue.

Une roman doux et piquant

L’ouvrage est un bel écrin pour cette réécriture du conte d’Andersen. La couverture signée Mina M est très douce, j’aime beaucoup les couleurs et ces effets d’ondulation. Comme toujours chez Magic Mirror, la maquette de l’ouvrage est jolie, feuilleter le livre est agréable et la lecture aussi, et ce malgré quelques coquilles (il me semble que cet ouvrage était l’une des premières publications de la maison).

Si j’ai fondu devant l’objet livre, j’ai aussi été touchée par Galathée. J’ai beaucoup aimé cette petite fille perdue dans l’océan, dans ses rêves d’amour parfait, dans son admiration béate d’Yvon, seule dans son silence, et en proie à de violentes désillusions. J’ai beaucoup aimé sa métamorphose, que j’ai trouvée convaincante.

Et j’ai aussi aimé le traitement de la romance, qui n’est pas facile, ni évidente, comme le souligne très justement Lullaby sur son blog Lullastories. Y en a t-il seulement une, en fait ? Peut-être n’est ce encore qu’un rêve de Galathée… Je vous laisse découvrir ce joli roman, teinté de mélancolie.

 

Ce que murmure la mer de Claire Carabas est un joli roman doux amer de Claire Carabas. J’ai beaucoup aimé l’écriture travaillée de ce roman, et la réinterprétation intéressante du conte de la petite sirène. Cette lecture, je l’attendais avec impatience. Déjà parce que Magic Mirror est une maison d’édition que j’aime beaucoup et dont j’admire le travail (à ce titre, un projet Ulule absolument époustouflant est en cours, pour le financement d’un recueil de contes illustrés par Mina M : après cet article, courrez-y, c’est un ordre !). Et puis aussi parce que ma précédente lecture sur le conte de la petite sirène s’était soldée par un échec cuisant du fait de la médiocrité à pleurer du bouquin (ce qui me fait encore enrager d’ailleurs). Il fallait réparer ça. Ce que murmure la mer l’a fait. C’est véritablement une réécriture réussie et de qualité, dont je recommande la lecture.

8 commentaires sur “Claire Carabas – Ce que murmure la mer

Ajouter un commentaire

    1. C’est un joli petit roman, qui gagne à être connu. Ce n’est pas un coup de cœur mais il a des qualités indéniables au-delà de l’aspect réécriture.

  1. Ah, je suis contente que ce roman t’ai plu ! C’était ma première lecture de chez Magic Mirror, et j’avais beaucoup aimé cette revisite du conte qui gardait son aspect amer.

    1. Oui, c’est un joli roman, j’aime beaucoup sa mélancolie et son aspect faussement mignon. Il caresse et frappe en même temps, c’est déroutant. Je ne m’attendais pas du tout à ressentir quelque chose, en général je suis plutôt cérébrale dans mes lectures ^^

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :