Ariel Holzl – Bpocalypse

C’est mon challenge personnel avant les prochains salons : lire tous les bouquins que j’ai ramenés des précédents. Je peux vous dire que j’ai encore du boulot (!), mais petit à petit, ça descend, ça descend. Bref, Bpocalypse est un trésor des Imaginales, dédicacé par son auteur !  Cette lecture était d’autant plus importante que j’entends dans l’oreillette que le prochain roman de l’auteur est déjà prêt à sortir tout bientôt. J’ai inclus ce roman dans le challenge du Printemps de l’Imaginaire francophone, dans le menu Idéaliser (oui oui), catégorie « Le meilleur des mondes possibles » (jeunesse).

 

Comme vous le savez, j’aime beaucoup cet auteur. J’avais décidé après Les sœurs Carmines de lire tout ce qu’il pourrait écrire à l’avenir et de rattraper ses précédents romans. J’ai donc poursuivi l’an dernier avec Temps mort et Peine Ombre. Je poursuis avec Bpocalypse mes pérégrinations dans l’univers de l’auteur, plein d’imagination et d’humour qui me plait bien.

J’ai retrouvé tout cela ici. Et je crois qu’Ariel Holzl est un peu magicien. Car Bpocalypse est un roman YA, clairement. Avec des mutants. Bref, c’était pas gagné gagné. Et pourtant… J’ai vraiment aimé. J’ai trouvé ça rafraîchissant, amusant (si si), bien ficelé… bref j’ai passé un moment de lecture fort sympathique.

Synopsis

« Pour se rendre au lycée, Samsara n’oublie jamais sa batte de baseball, ses talismans et son couteau de chasse. Tout ce dont elle a besoin pour affronter les animaux mutants, fantômes et autres créatures qui ont envahi les rues de Concordia après l’Apocalypse.

Aujourd’hui, la ville vient de lever la quarantaine de l’ancien parc public et s’apprête à accueillir ses habitants, réputés avoir muté. Les deux jumeaux que Sam voit débarquer dans sa classe sont loin d’avoir un physique standard. Très vite, ceux qui se moquent d’eux ou les prennent à partie sont les victimes d’incidents inexpliqués. Tout semble accuser les nouveaux venus.

Mais dans une ville comme Concordia, peut-on se fier aux apparences ? »

Un roman YA

Vous le savez, j’aime de moins en moins. Ici, on est clairement dans du YA : personnages ados (un peu têtes à claques, d’ailleurs), un univers qui va avec (le lycée, au secours pour moi, pas bons souvenirs), des dialogues très très oraux avec du langage djeun’s (au secours aussi ^^) et des vannes à deux balles : bref, sur ce point, j’ai grincé des dents. MAIS c’est cohérent, car le roman s’adresse à un public cible jeune. Donc en cela, cela fonctionne. Et surtout, ce n’est jamais mal écrit. Les passages de narration sont impeccables, avec du vocabulaire, des tournures de phrase correctes, donc on n’est pas du tout sur un texte au rabais, loin de là ! Donc pas trop mon goût mais je valide malgré tout. J’admire d’ailleurs la manière dont Ariel Holzl parvient à adapter sa plume selon ses univers et ses publics.

Mais avec des super trouvailles qui m’ont plu

  • Je dois dire que j’ai aimé les clins d’œil old school qui m’ont rappelé « ma jeunesse » (je commence à dire un peu trop souvent ce genre de trucs, ça craint). Par exemple, le walkman, les CD… des trucs qui sont devenus has been.
  • Dans le même genre, j’ai été conquise par cette Bpocalypse, cette apocalypse qui suit l’année 0, et qui traîne en longueur dans le temps. Où comment sur/re/vivre dans une société post-apo dans laquelle demeurent encore les germes et les conséquences de l’apocalypse. L’univers est réaliste, convaincant, et je pense qu’il va parler aux jeunes aujourd’hui : PLUS D’INTERNET !!! (aux moins jeunes aussi en fait : j’ai connu « l’avant », et je me verrais mal faire sans maintenant).
  • Concordia. J’A-DO-RE les villes en imaginaire. Elles sont souvent le héros principal, et c’est le cas ici. Ariel Holzl connait notre amour déraisonné pour les cartes, donc paf, on en a une, de quoi s’immerger pleinement et parcourir ces lieux avec Sam.
  • Un bestiaire très large. Des bestioles classiques, des moins classiques et des inventions : des orchidées mutantes, razards, arachlings… Il y a là une tripotée d’horreurs qui donnent une richesse à l’ensemble.
  • Des thématiques d’actualité. Le roman aborde la question de la tolérance (entre les espèces notamment). Mais on parle écologie aussi, et éthique scientifique. Parce que les mutations ne sont pas arrivées toutes seules et sont le résultat non seulement de la catastrophe mais aussi d’activités et de comportements humains. Et il faut bien vivre avec la pollution, les modifications génétiques, le manque de nourriture… Comment survivre, tous ? C’est exactement le thème du livre, et je l’ai trouvé abordé de manière très opportune.

Pour finir…

Mentionnons aussi l’objet livre, avec une couverture bien chimique qui représente à la perfection l’ambiance du roman. Elle est signée Léonard Dupond. J’ai beaucoup aimé enfin l’inclusion de coupures de presse à l’intérieur, qui donnent un aperçu de « l’avant ».

En pratique

Ariel Holzl, Bpocalypse

Ecole des loisirs, collection M+, Octobre 2020

Couverture : Léonard Dupond

Autres avis : Bonne lecture mais sans plus pour Calysse; un ressenti similaire au mien pour Tachan; un peu plus mitigé pour Saiwhisper.

Si j’ai moins aimé l’aspect Young Adult qui me convient moins désormais, j’ai malgré tout apprécié ma visite à Concordia, comme le souhaitait l’auteur dans sa dédicace ! Je pense que ce roman devrait plaire à quelques adolescents de mon entourage 🙂 Bpocalypse est un roman surprenant, riche en trouvailles et idées géniales, avec un bestiaire hyper développé, des thématiques abordées avec finesse. Ariel Holzl livre ici un roman fort chouette, qui plaira à mon avis au public cible sans réserve, et saura aussi trouver son public chez les adultes.

7 commentaires sur “Ariel Holzl – Bpocalypse

Ajouter un commentaire

  1. Je suis toujours pas décidée sur ce texte. J’ai peur d’être déçue de l’aspect trop YA donc je ne me suis jamais lancée surtout que le langage djeuns dans les livres, je n’aime vraiment pas ça, mais en même temps j’aime beaucoup l’auteur donc j’ai peur de passer à côté de quelque chose 🤔

    1. Je ne pense pas que tu rates beaucoup si tu ne souhaites pas le lire. Je ne suis pas certaine que tu retires beaucoup de plaisir à le lire, commençant à connaître un peu tes goûts. J’ai aimé ma lecture, mais ce n’est, selon moi, pas son meilleur titre.
      Autant je le recommande les yeux fermés au public cible, autant pour les personnes qui aiment moins l’aspect YA, ça peut être plus délicat selon les personnes.
      En revanche, son prochain titre… 😉

  2. Ce qui fait que tu vas passer pour moins jeune c’est davantage que tu utilises encore les mots « djeun’s » et « hasbeen » plutôt que « ça me rappelle ma jeunesse » ahahah ! 😂 Blague (gentille) à part, les trucs YA ne sont pas forcément cringe avec des insultes et un langage étrange… Mais ceux qui le sont souvent un peu caricaturaux, d’expérience. Même si au vu de ce que tu dis, ça n’en a pas l’air ici. Tu as fini de me convaincre, j’ai bien envie de le lire !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :