Yann Bécu – L’effet coccinelle

L’effet coccinelle est un roman de Yan Bécu, paru chez HSN Editions en 2021. J’aime beaucoup cette maison pour son remarquable travail éditorial (et L’effet coccinelle est un petit bijou visuel), et j’ai acheté ce livre suite à la chronique très enthousiaste de Yuyine. J’étais un peu réticente au début, j’avais lu Les bras de Morphée du même auteur, et je m’étais carrément endormie sur le livre. Mais le pitch de L’effet coccinelle me faisait bien envie.

Synopsis

« Le lancement de l’Homo Sapiens, c’était une idée pourrie. Génétiquement trop instable. Le service Créa avait prévenu dès le début. Ils préféraient de loin le projet Bonobo. Question score de paix, une vraie promenade ! Bonobo Sapiens, ça aurait signifié la résolution du moindre conflit par le sexe… Chantier pépère, en somme. Tu parles ! Les boss du 33e étage n’avaient rien voulu entendre. L’Homo Sapiens c’était parfait pour eux : audacieux, vendeur, et tellement sexy sur le papier.
Sur le papier, peut-être, mais sur le Terrain… Parce que nous autres on est les techniciens, les larbins de la création… « Les Boueux » , comme ils disent en haut lieu. Siècle après siècle on patauge dans ces eaux crapoteuses. Et chaque fois qu’on prend possession d’un corps ici-bas, on en paie le prix : coups de chaud, coups de froid, coups de pompe, coups de blues, coups de foudre, toute la chimie humaine s’impose à nous…
Alors forcément, il arrive qu’on gaffe. Or notre récente bourde risque de coûter cher. Si on ne la rattrape pas très vite, l’humanité va droit dans le mur… Adieu, triple A. Adieu, Homo Sapiens. Et bonjour les sanctions.

Si une « preuve divine » était publiée, aussi éblouissante soit-elle, il resterait tout de même une question potentiellement explosive : quelle branche de quelle religion a misé sur le bon cheval ? »

Mon avis sur le pouce

Ce joyeux bordel divin est servi par une écriture pimpante, punchy, très contemporaine, très oralisée. Raphaël, le narrateur, papote avec le lecteur avec un humour nonchalant. C’est fluide, très entraînant et marrant. Par contre, ce n’est vraiment pas mon style. Je préfère les écrits plus posés, plus contemplatifs et un langage moins courant/familier. C’est une question de goût, qui ne remet pas du tout en cause la qualité du travail de l’écrivain ici.

La mise en page est sublime : rapports, mails… : autant de pièces à conviction intégrées dans le dossier « effet coccinelle ». Elle renforce l’aspect contemporain et entraînant du récit.

L’idée de départ est géniale. L’existence de Dieu est prouvée et irréfutable : qui a misé sur le bon cheval ? Comment va s’en sortir l’Humanité ? Comment rattraper la boulette des Boueux ? Beaucoup de cynisme très drôle, et on aurait pu s’attendre à un crac boum-planète déglinguée-humains entretués ou « pétage de plombs en fanfare ». Mais point. Finalement, l’ensemble du récit se focalise davantage sur nos boueux parachutés sur Terre après leur gaffe. Ca fait un peu l’effet « extra-terrestres qui rencontrent les humains et en racontent les bizarreries ». Du coup, bof. Un peu déçue, je m’attendais à quelque chose de plus explosif et original. J’ai eu la sensation que l’idée de départ s’essoufflait au fur et à mesure du récit.

En revanche, j’ai beaucoup aimé les clins d’œil nombreux à l’actualité. On y trouve des références au COVID, aux caricatures de Mahomet, tout ceci réutilisé dans un autre contexte rendant ces faits très rigolos.

« Notre problème, c’est le point de vue rétréci des humains. Notre problème, c’est l’agencement de leur cerveau, avec quinze mille sous-réseaux neuronaux essentiels que le Service Bio n’a pas connectés au reste… »

En bref…

Une idée de génie, une écriture qui frappe fort, un humour nonchalant : tous les ingrédients étaient réunis pour avoir une œuvre fracassante. Mais le bordel promis n’est pas si tonitruant que ça, ça ne claque pas aussi fort qu’espéré. Malheureusement, le soufflé est un peu retombé en cours de cuisson, néanmoins ça reste une lecture très différente et originale.

Un commentaire sur “Yann Bécu – L’effet coccinelle

Ajouter un commentaire

  1. Je comprends parfaitement ton avis. Le style de Yann Bécu ne peut pas accrocher tout le monde. Je le rapproche d’un Karim Berrouka en moins anarchiste de mon côté et j’avoue adorer avoir des lectures aussi funs de temps en temps.
    Mais je suis tout de même contente que tu l’aies apprécié et je te remercie pour le clin d’oeil.

    Un petit piškoti ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :