Anne Bishop – La saga Meg Corbyn

Il fallait bien, après avoir dévoré cette saga trois fois en trois ans, que je me fende d’un billet dessus. La saga Meg Corbyn est une de mes œuvres doudou. Une lecture sans prise de tête, qui me fait sourire, que je trouve bien fichue, plutôt originale à bien des égards. Je vais parler ici des 5 tomes principaux écrits par Anne Bishop. La série est parue sous le label Milady de Bragelonne. A priori, la pentalogie est complète, avec pour personnage principal Meg Corbyn. Sachez toutefois qu’une autre série de l’autrice est en cours, porte sur le même univers mais sur des personnages différents (Le monde de Meg Corbyn). Mon billet portera sur la pentalogie principale, n’ayant pas lu la seconde.

Structure de la pentalogie

Tome 1 : Lettres écarlates, 2013. Tome d’intro qui présente l’univers de Meg Corbyn. Celle-ci est une cassandra sangue, une prophétesse du sang. Ces femmes rares autant que précieuses sont suivies dans des instituts spécialisés qui profitent de leurs dons et les traitent comme de la viande. Un jour, Meg Corbyn parvient à s’enfuir et trouve refuge dans l’Enclos, une zone peuplée de créatures métamorphes, les Autres.

Tome 2 : Volée noire, 2014. Après les péripéties du premier tome, on entre ici dans le dur avec une trame de fond, des complots qui vont peu à peu creuser le fossé entre humains et les Autres. Ceux-ci doivent faire face à des attaques d’humains, c’est alors l’équilibre entier du monde qui est brisé.

Tome 3 : Gris présages, 2015. D’autres cassandra sangue ont retrouvé la liberté. Meg Corbyn est alors une sorte de guide, pour les aider à faire face à cette nouvelle vie. En parallèle, le mouvement humain « Les humains avant tout » continuent de gagner du terrain, malgré le danger pressenti lors du tome 2. Les Autres tissent des alliances avec d’autres Enclos.

Tome 4 : Empreintes fauves, 2016. La trame de fond concentrée autour du mouvement HAT atteint ici son paroxysme. Ce tome est une montée en tension assez chouette, les enjeux explosent pour atteindre un dénouement décoiffant.

et Tome 5 : Cartes ivoires, 2017. L’arrivée d’un nouveau personnage dans l’Enclos perturbe de nouveau l’équilibre et interroge. Humains et métamorphes peuvent-ils vraiment cohabiter ? Car au-delà des villes, dans les terres sauvages, des créatures ancestrales observent, apprennent, attendent.

De la bit lit renouvelée

Nous voici ici dans une saga de bit lit à fond les ballons. Je vous vois dans le fond, à grimacer. Je sais, la bit lit a beaucoup souffert d’une surproduction littéraire de piètre qualité. Mais attendez, et lisez.

Des ingrédients traditionnels et enrichis

On retrouve dans la saga les ingrédients de la bit lit. Sous-genre de la fantasy urbaine, la bit lit se caractérise par une héroïne non humaine (Meg Corbyn) confrontée au surnaturel. Les Autres sont des métamorphes, moitié humains moitié animaux. Dans les terres plus reculées, des créatures sauvages sont présentes depuis la nuit des temps, et ont le pouvoir de rayer les humains de la Terre au moindre faux-pas de ceux ci…

La bit lit se développe d’autre part dans un monde plutôt urbain (Lakeside est une ville côtière, qu’on pourrait situer aux Etats-Unis). Malgré tout, on voyage pas mal, notamment dans les campagnes environnantes, où sont présentées d’autres manières de vivre, centrées autour de l’élevage, par exemple.

Tout bon bouquin de bit lit comporte son loup-garou et son vampire, et Anne Bishop nous en sert pleins. Mais j’ai apprécié les figures de vampires ici, trèèèèès loin de True Blood, Twilight et Vampire Diaries. Les vampires de la saga Meg Corbyn n’ont absolument RIEN de sexy, et renouent avec leurs racines et leur nature. D’autre part, Anne Bishop introduit énormément d’autres créatures : des ours, des poneys (qui sont très rigolos), des corbeaux, des coyotes… Et même une gorgone. Un sacré enjeu, de faire cohabiter tout ce monde ! Cela ne va pas sans difficultés, et quiproquos.

D’autre part, la bit lit est souvent associée à d’autres genres : polar, thriller… Ici, c’est un peu tout ça à la fois. D’ailleurs, le personnage de Monty, flic humain, est central dans la série. La trame de fond est politique et diplomatique, et les complots, attaques inopinées et meurtres/disparitions amènent les  personnages à enquêter.

Une fenêtre sur notre société

Enfin, le monde dans lequel évoluent tous ces personnages a une ressemblance frappante avec le nôtre. La légère déformation de certains lieux nous amènent à voir dans cet univers une sorte de miroir du nôtre. D’ailleurs, au-delà de la trame principale, l’autrice passe beaucoup de temps à nous immerger dans l’Enclos, autour de préoccupations de la vie quotidienne. Nourrir des populations aux besoins différents, cohabiter, faire marcher un commerce… Les tensions et les enjeux autour de la montée du mouvement HAT sont très réalistes, et c’est très honnêtement très bien fait.

Meg Corbyn n’est pas de la romance paranormale

Soyons honnêtes : la bit lit souffre surtout d’être assimilée et confondue à la romance paranormale. Nombreux sont les auteurs qui transforment la bit lit en simple romance dans un univers vaguement surnaturel. Or, ce n’est pas du tout ce que propose la saga Meg Corbyn.

Car la bit lit, du fait d’être urbaine et contemporaine, nous fait voir notre monde différemment, comme avec un filtre, en faisant ce petit pas de côté. Ce n’est pas pour rien que c’est un sous-genre de l’urban fantasy. Comme je l’ai dit plus haut, les enjeux de la saga sont pile là-dedans, bien menés et intéressants. Il y a de la profondeur dans cette saga, qui est très appréciable.

D’autre part, si vous cherchez de la romance, vous serez déçu. Alors je ne vais pas vous mentir : il y en a une, mais elle met 5 tomes à se construire. Et puis quand elle s’établit, la saga est finie ! La romance n’est pas du tout le fond de la saga. C’est d’abord une relation d’entente cordiale, puis d’amitié qui se met en place. Cette relation prend son temps pour évoluer, du coup c’est réaliste aussi. J’ai adhéré totalement à cette relation, d’autant que Meg apprend aussi à vivre avec l’ensemble des créatures de l’Enclos. J’ai adoré cette communauté très diversifiée, il y a des moments très rigolos et savoureux.

Malgré tout, des défauts

Je parlais en intro de petite lecture sans prise de tête. En effet, si la saga Meg Corbyn propose des choses très intéressantes, il y a d’autres points qui sont beaucoup moins chouettes.

A commencer par le rythme des tomes, très inégal. Je suis contente qu’il y ait une trame principale qui court sur les tomes 2 à 4, parce que les intrigues secondaires sont, de mon point de vue, beaucoup trop classiques, bourrées de facilités scénaristiques. D’autre part, chaque tome se développe sur le même schéma : très peu d’action pendant les trois quarts du bouquin et PAF, avalanche de catastrophes et dénouement. C’est dommage, parce que parofis, c’est LOOOOOONG.

Et c’est long parce qu’il y a beaucoup de redites. Meg est mignonne mais elle n’apprend pas beaucoup, se coupe dès qu’elle sent un picotement – à la longue, comme Simon j’ai eu envie de la bouffer plus d’une fois. Les dialogues souffrent aussi de répétitions, certaines scènes sont répétitives… J’ai eu la sensation d’avoir beaucoup de remplissage.

Enfin, concernant l’écriture, rien d’exceptionnel. Pas mal de chapitres dans lesquels on a un changement de point de vue, procédé qui ne m’a pas toujours convaincue. Trop artificiel et trop anecdotique pour que ça fonctionne bien selon moi.

Forcément, même si j’aime beaucoup revenir dans cette saga, je la réserve pour des moments de fatigue, parce que je sais que ce n’est pas très exigeant sur le plan formel. Et puis j’avoue que pendant ma 3ème relecture de décembre j’ai pas mal survolé de passages.

En pratique

Anne Bishop, Meg Corbyn

Bragelonne, Milady, 2013-2017

Couverture :  Anne-Claire Payet

Traduction : Sophie Barthélémy

VO : The Others

Autres avis : sur la même longueur d’ondes que Tachan, avec ressentis similaires. Sometimes a book a eu un coup de foudre pour le premier volume. Pareil pour Chut ! Maman lit, qui a lu toute la saga avec avidité.

 

Meg Corbyn est une saga de très bonne qualité globalement, qui a l’intelligence de ne pas confondre bit lit et romance paranormale. C’est une saga qui prend son temps pour développer les relations entre les personnages et fouiller cet univers, en nous faisant vivre le quotidien des protagonistes. L’intrigue filante sur la saga donne une profondeur intéressante, et se révèle réaliste en plus d’être captivante. Si je regrette quelques écueils, cette saga reste une de mes favorites, que j’aime relire de temps à autre. Je sais qu’avec cette série, je vais connaître un fort bon moment de lecture. Dans tous les cas, c’est une série que je recommande pour qui souhaite retrouver de la vraie bit lit et en savourer les trouvailles originales ici.

24 commentaires sur “Anne Bishop – La saga Meg Corbyn

Ajouter un commentaire

  1. Je pense avoir lu le premier tome sans certitude ayant à une époque enchainer les séries du genre. Je trouve que le remplissage est assez courant dans le genre, peut-être moins dans les séries actuelles. Néanmoins, la promesse de ce mélange de créatures est alléchant !

    1. Oui, c’est d’ailleurs rigolo, par moments, parce qu’il y a aussi des créatures improbables (comme les poneys, qui donnent lieu à des scènes assez cocasses). J’aime la manière dont l’autrice a créé tout ce mélange qui change un peu du duo classique loup-vampire un peu lassant à la longue.

  2. J’avoue, j’ai grimacé 😆. Mais j’ai continué à lire et ce que tu en dis est convaincant. Je me le note pour quand j’aurais envie de retenter le genre 😁.

    1. Je me doutais que certains grimaceraient ^^ c’est normal, vu ce que le genre est devenu… mais voilà, si tu veux y revenir, tu as une bonne référence pour le faire, et je pense que tu pourrais être agréablement surprise 🙂

  3. Je n’ai jamais osé me lancer parce que ce genre n’est pas vraiment un domaine que j’apprécie mais pour en avoir looooonguement discuté avec des dizaines d’ados/jeunes adultes au boulot, je suis convaincue de sa qualité. Je l’ai d’ailleurs souvent conseillé comme tu le fais si bien, pour découvrir le genre avec de la qualité. Mes nièces en sont fan d’ailleurs ^^

  4. Je crois que j’ai fait une overdose de Bit lit avec la saga de Hamilton. Mais, peut-être qu’un jour je me laisserais tentée par celle-ci, plus courte et qui renouvelle le genre.

    1. Je ne connais pas du tout la série que tu évoques ! Je comprends du coup que tu ne sois pas hyper tentée à l’idée de revenir dans le genre. Si un jour, tu ne sais pas quoi lire, que tu es fatiguée ou que ta dernière lecture a été pesante… ça peut être une bonne idée – m’enfin, ta pile à lire doit certainement contenir des choses dans ce genre et qui te satisferont davantage !

  5. J’adore cette série ! Comme toi, je sais qu’elle n’est pas parfaite et je suis d’accord avec les points négatifs que tu soulèves mais j’aime beaucoup l’univers créé par Anne Bishop et les personnages y sont attachants. En plus, les thématiques de consommer moins et justes sont très actuelles.
    Perso j’ai aussi lu les spin off et ils sont dans le même style, eux aussi je les lis régulièrement XD

    1. J’ai le spin off sur la liseuse, la 3e relecture de la saga principale m’a donné envie de m’y mettre, d’autant que je suis moins attachée, depuis le temps, à Meg et Simon. Tu me confortes dans l’idée de les lire, d’ailleurs ! Et c’est vrai, tu as raison, je n’avais pas ça en tête mais certains aspects de la série raisonnent avec notre actualité, et ce de manière assez forte !

  6. Merci pour le lien !
    J’avoue que des années plus tard, j’en retiens surtout l’ambiance très particulière qui m’avait et me séduit toujours beaucoup. J’ai aussi apprécié que ce soit du paranormal et non de la bit-lit, ça changeait vraiment à l’époque.

    1. Avec plaisir ! L’ambiance, et puis les persos, j’ai en tête de scènes très rigolotes (notamment avec les poneys) qui me reviennent en tête, des dialogues assez drôles… Tout était bien dosé dans cette saga.

  7. Je sais que je l’ai lu mais j’en garde aucun souvenir 😅 je me suis éloignée de l’urban fantasy parce que 99% du temps on tombe en romance paranormale et ça me saoule modèle géant. Les cas comme Meg Corbyn sont hélas des exceptions au catalogue Bragelonne et c’est bien dommage (après je lis plus rien de chez eux mais bon xD)
    Bref tout ça pour dire de poster un petit mot et que j’ai bien aimé ton billet 😊

    1. Je te comprends totalement, c’est d’ailleurs vraiment dommage que le genre ait pâti autant d’une surproduction de romance paranormale qui se confond avec lui. Je ne sais plus trop comment je suis tombée sur Meg Corbyn à l’époque, mais je sais qu’aujourd’hui, je n’irais pas feuilleter dans le catalogue de Bragelonne à la recherche d’un bon bit lit, sans conseil préalable, de peur justement de tomber sur une bouse…
      Tes petits passages me font toujours plaisir, et je t’en remercie 🙂

  8. Une saga que j’ai adoré comme toi et que tu me donnerais presque envie de relire. La « romance » est parfaite, l’univers au top. En revanche, comme toi, j’ai noté des longueurs mais aussi une avalanche de personnages. Je les ai parfois mélangé 😅

    1. Oui je me suis un peu mélangé les pinceaux avec tous les personnages la première fois que j’ai lu la série. C’est vrai qu’il y a des longueurs et répétitions, malgré tout ça reste sympa à lire et les pages se tournent bien 🙂
      Je note le conditionnel sur l’éventuelle relecture : ouf, car je m’en voudrais de te faire dévier de ta PàL ^^

    1. Je te la conseille en tout cas ! C’est léger, sympa, rigolo par moments, ça sort des sentiers battus en termes de créatures… elle vaut le détour. Idéale un vendredi soir de fatigue ou un week-end de repos, ou entre deux gros pavés bien remue-méninges 🙂 pour remédier à une panne de lecture, ça doit être pas mal non plus.

  9. J’ai lu cette série et l’ai même prêtée à ma soeur qui avait bien aimé également. J’ai trouvé que les derniers tomes tiraient en longueur mais les 2 premiers sont très bien.

  10. Une saga appréciée ici aussi, ça change un peu de ce qu’on trouve en temps normal en bit-lit. J’avais lu le premier tome de la seconde série, c’était dans la même ligne, pas mal du tout en lecture « détente ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :