Johanna Marines – Encens – #PLIB2022

Encens est un roman de Johanna Marines, un des 5 finalistes du #PLIB2022. Le roman est paru en 2021, chez Snag. C’est ma troisième lecture des 5, après D’or et d’oreillers de Flore Vesco et Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin de Laure Dargelos. Sur le papier, le roman avait tout pour me plaire mais la mayonnaise n’a pas pris. Toutefois, j’ai pris beaucoup de plaisir à effectuer cette lecture en commun avec Marion, du blog La bibliothèque de Calysse. Merci beaucoup Marion pour nos échanges et cette semaine livresque en binôme 🙂 Enfin, Encens est ma 14ème lecture du challenge ABC de l’imaginaire (Lettre M).

Synopsis

« Nouvelle Orléans, 1919. Alors que le tueur à la hache sème la terreur dans les rues et nargue les enquêteurs, le corps mutilé d’une jeune femme est découvert en ville. Que signifient ces notes de musique et ces marques de brûlures retrouvées sur sa peau et ces étranges plumes métalliques plantées dans son dos ?

Pour les inspecteurs Perkins et Bowie, une nouvelle enquête s’ouvre. Se pourrait-il qu’un deuxième meurtrier soit à l’œuvre ? Que faire quand deux tueurs en série rivalisent de cruauté et que la ville devient leur terrain de jeu ? Plongez au cœur des Bayous où le jazz est roi et prenez de la hauteur à bord du Mécanic Hall, un aérocabaret où les dancing-automates sont devenus des déesses de la fête. Découvrez le passé trouble de Grace, une intrépide cartomancienne et de sa chouette mécanique et sautez de toits en toits aux côtés des désembobineurs qui collectent l’électricité pour la New Orleans General Electric Company. »

Un univers perfectible

Une atmosphère jazzy et angoissante ?

New-Orléans, 1919. Le cadre me tentait bien. Quand on m’invite à « plonger au cœur des Bayous où le jazz est roi », je m’attends à un dépaysement total avec un arrière-plan musical. Sauf que je n’ai pas eu la sensation d’y être… Selon moi, le roman aurait pu se passer à Paris, Londres, ou n’importe quelle autre ville : les décors ne m’ont pas semblé spécifiques à la N-O (d’ailleurs j’ai souvent omis ce point). J’ai également ressenti un manque de détails et de descriptions afin de me représenter les lieux et parfaire mon immersion dans la ville.

Par ailleurs, j’ai regretté aussi de ne pas pouvoir ressentir cette atmosphère particulière, qui se veut lourde, suintant la peur et le mal. Je n’ai pas eu la sensation d’étouffer ni de sombrer dans l’horreur. Je n’attends pas non plus d’être éclaboussée de sang à chaque page, hein. Malgré tout, 28 macchabées en morceaux ça devrait marquer, tout de même. Malheureusement, ça n’a pas été mon cas. Peut-être cela vient-il notamment de l’écriture, très fluide, légère et entraînante – ce qui, d’une certaine manière, pourrait être positif ; mais ici elle est trop aérienne et volubile selon moi pour marquer suffisamment cette pesanteur angoissante et étouffante.

Un contexte assez mince

D’autre part, Encens offre une esthétique voltpunk (un sous-genre du steampunk, avec des technologies non pas centrées sur la vapeur mais l’électricité), par ailleurs transposée dans la période de l’entre-deux guerres. Nous voici en 1919, avec des aérocabarets, des automates, et des enjeux autour de l’électricité et des droits des automates. Malgré tout, cela reste surtout une esthétique. En effet, le contexte historique antérieur est quasiment absent et ne permet pas de mettre en place une réelle uchronie. Or celle-ci est l’élément central du steampunk & dérivés pour saisir le décalage entre la réalité historique et le parallèle imaginé, à partir d’un point de divergence qu’on ne connait pas ici.

Enfin, si on trouve quelques éléments de cadrage, comme les coupures de presse, qui donnent au roman un aperçu du contexte dans lequel il se déroule et une mise en page sympathique, cela n’apporte pas grand-chose dans le fond. En effet, le lien entre ces coupures et l’intrigue n’est pas toujours évident : des événements en toile de fond y sont évoqués mais manquent de développement dans l’intrigue pour prendre réellement corps (notamment tous les enjeux autour des compagnies d’électricité).

Une intrigue haletante… trop ?

D’abord du fait de sa construction : une alternance de focus très rapides sur différents personnages. La rapidité de ces enchaînements entrave à mon avis la mise en place d’une ambiance pesante. De la même manière, cela ne permet pas de creuser énormément les personnages, leur psychologie ou leurs rapports. Sur ce point, le personnage de Molly m’a d’ailleurs semblé totalement superflu.

La trame du récit s’inspire de l’histoire réelle du tueur à la hache à la Nouvelle-Orléans en 1919. On arrive dans le roman in medias res, le tueur ayant déjà charcuté un bon paquet de gens avant le début du récit. Celui-ci s’écarte ensuite de l’histoire d’origine pour proposer quelque chose de plus complexe. Un second meurtrier intervient alors, ainsi qu’un sombre passé bourré de casseroles reliant les personnages. J’aurais pu apprécier ces choix, mais deux choses m’ont gênée :

  • La lenteur avec laquelle cette seconde trame se met en place, quand le résumé l’annonce d’emblée. En fait, l’intrigue ne démarre pleinement que passé le quart du roman.
  • Le rapport entre les deux tueurs m’a semblé assez bancal. L’un tuerait parce que les gens n’écoutent pas de musique, et l’autre parce qu’ils en écoutent. L’antagonisme m’a paru trop léger pour me convaincre totalement. Alors évidemment, cela n’est pas aussi simple et on en découvre plus ensuite. Mais je n’ai pas su apprécier pleinement l’imbrication de ces deux fils narratifs.

Enfin, le rebondissement final inspiré du Lac des cygnes tombe également à plat de mon point de vue. Pas que l’idée soit mauvaise, au contraire ; toutefois, j’ai eu la sensation d’une surenchère d’inspirations mélangées donnant lieu finalement à quelque chose d’assez confus.

Une relecture éditoriale… absente ?

Encens pâtit d’un manque de relecture assez criant. Fautes d’accord, concordance de temps, coquilles et maladresses de langage sont légion. Certains semblent avoir lu une version rééditée et corrigée, j’en suis vraiment ravie pour eux. Pour ma part, mon exemplaire papier ne l’était pas et ça a vraiment été pénible.

D’autre part, le roman contient des incohérences qui m’ont semblé surprenantes :

  • Par exemple, concernant l’arrière-plan jazzy : en fait nous n’avons que quelques passages d’un morceau, signalé en note de bas de page :« extrait Wonderful life – Louis Armstrong (1967) ». Si le titre exact est What a wonderful world, il date bien de 1967, ce qui me semble anachronique pour un roman se déroulant en 1919. Si le décalage entre une œuvre et son accompagnement musical peut être intéressant (je pense notamment à la série Peaky Blinders), c’est dans ce cas un parti pris qui est un élément de sens à part entière. Ce n’est pas vraiment le cas ici. Et je suis assez déçue de n’entendre résonner que les notes d’Armstrong, c’est un peu la tarte à la crème du genre…
  • D’autres incohérences saupoudrent la fin du roman, justement repérées par Marion : je pense notamment à la confrontation entre 3 personnages; lorsqu’un personnage de petite taille et frêle parvient quasiment à étouffer une personne adulte et en possession de tous ses moyens… ça ne colle pas. Une facilité scénaristique qui manque de crédibilité.

Des petits détails, mais qui à la relecture auraient pu être gommés pour redonner au roman une vraisemblance qui lui fait parfois défaut.

En pratique

Johanna Marines, Encens

Snag Editions, 2021

Couverture : Aurélien Police

#PLIB2022

#ISBN9782490151370

Autres avis : lecture agréable malgré une dispersion regrettable dans l’intrigue, pour Sabine C. sur son blog Fourbis & têtologie; un bon roman YA mais qui n’a pas satisfait pleinement Amanda; très bon polar pour Yuyine, malgré quelques petits défauts; très bonne lecture pour Virginie malgré une réserve sur la fin. En revanche, SF Elfette et moi sommes sur la même longueur d’ondes (et ce n’est pas la première fois 😉 ).

Encens est un roman de Johanna Marines, publié chez Snag. Ce roman possède plein de bonnes idées, un cadre prometteur, une intrigue complexe qui semble haletante. Mais ma rencontre avec ce roman ne s’est pas passée comme prévu, pour toutes les raisons citées plus haut. Cela dit, cela reste mon avis, mon ressenti, et dans les autres avis, vous pourrez voir à quel point Encens a su séduire d’autres lecteurs, notamment pour son côté divertissant, son déroulement efficace et son aspect page turner. Je vous invite donc à découvrir ce titre et à vous faire votre propre avis. Pour ma part, je vais plutôt garder en tête la nouvelle de Johanna Marines, Bang Bang, qui m’avait beaucoup plu, parue dans l’anthologie Mécanique & Lutte des classes aux éditions Oneiroi.

5 commentaires sur “Johanna Marines – Encens – #PLIB2022

Ajouter un commentaire

  1. Je rejoins à 100% ton avis. Plus que dommage qu’une version papier avec tant de souci de correction ait été tirée. Et je te rejoins également ++ sur le fait que je n’ai pas eu l’impression de lire du bayou et de la Nouvelle-Orléans (c’était ce contexte de départ qui me tentait).

    1. Ah mais zut, pardonne-moi, je n’avais pas mis de lien vers ton article alors que je l’ai lu il y a peu; mais c’est corrigé ! en général, je vais voir sur livraddict les différentes chroniques, et j’en oublie les blogs que je suis…

      Oui, nous avons un ressenti similaire sur ce roman. Un background trop peu étoffé, et effectivement. Moi aussi j’attendais beaucoup des décors. Et une relecture/correction qui laisse à désirer (mais y’en a t-il vraiment eu une, je me pose franchement la question.. ?). C’est dommage, oui, pour le lecteur mais aussi pour l’autrice, dont le travail n’est pas mis en valeur comme il devrait l’être…

  2. J’ai enfin pu lire ton avis! Ce soir mon ordinateur est partant pour accéder à ton blog. Comme tu le sais je te rejoins sur de nombreux points. Juste une remarque 😊 : le dernier point de ton avis est à mon sens un gros spoiler, il faudrait peut-être le cacher ou ne pas nommer les personnages non? 🤔 (les spoilers ne me dérangent pas mais je sais que d’autres y sont très sensibles).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :