Des blogs au ton décalé

Poursuivons notre promenade dans la blogosphère SFFF. Après les blogs plibesques, je vous présente deux blogs un peu à part par leur ton. Deux sites qui me font régulièrement sourire, par le ton et l’humour très présent dans leurs chroniques. Ils sont tenus par des blogueurz qui parviennent à rendre leur chronique écrite très vivante, avec un style dynamique et plein d’humour. Leurs avis sont parfois très tranchés, mais toujours argumentés, ce qui ne vous laisse jamais indifférent.

L’ours inculte

© L’ours inculte & Sophie Leta

L’Ours est un vrai ours, qui vit là où il neige des tonnes en hiver. Mais s’il groumpfe un peu parfois, la comparaison avec la grosse bête des cavernes s’arrête là. Car l’Ours ne mord pas (enfin je crois). Il paraît un peu sauvage comme ça, comme ses chroniques. Mais en fait, il est tout à fait fréquentable. Bon, peut-être que si je le rencontre un jour, je changerai d’avis – mais j’en doute.

L’ours inculte, c’est un blog où il n’y a rien de superflu. Un fond blanc, des chroniques classées par auteur, titre et série, un onglet où retrouver ses incontournables. Pas 50 000 widgets sur les bords ni en bas, pas de bla bla inutile. La chronique est reine chez L’Ours. Mais méfiez-vous de ses radars qui font mal au porte-monnaie. Et allez donc jeter un coup d’œil à ses abandons de 2022 ! Je trouve que ses stats sur cet article ne sont pas dingues (^^).

Qu’il aime ou pas un bouquin, l’Ours nous fait sourire. Parce qu’il y a toujours ce petit ton badin dans ses chroniques. Cela donne à son blog un contraste assez rigolo avec son identité ursine. Il ne se prend pas la tête ni au sérieux mais ses retours sont précis et détaillés. Après lecture de ses retours, je sais à quoi m’attendre, si un livre est fait pour moi – ou pas.

L’ours semble comme moi fuir comme la peste tout ce qui plombe le moral – le post-apo SOS suicide n’est pas trop son style. L’Ours, lui, il aime « la fantasy épique, avec de l’héroïsme, du drame et du badaboum« . Il recherche dans un roman « des personnages, de l’attachement, des enjeux qui touchent au cœur, une fluidité qui le rende agréable » (Jeu : dans quelles chroniques a t-il écrit ça ?). Il sait également apprécier l’humour d’un bouquin là où je n’y parviens vraiment pas (comme par exemple, Les flibustiers de la mer chimique) ainsi que les bouquins un peu barrés (Un certain goût de plomb, dont je n’ai pas dépassé la page 20, ou Melmoth Furieux, que je tenterai peut-être un jour).

Les chroniques de Guensorde

Voici un blog comme vous n’en avez jamais vu/lu. Tom Larret a fait de son blog le temple de 36ème degré, de l’ironie et de l’humour barré. Mais tellement rafraîchissant !

Les chroniques de Guensorde est une saga de fantasy médiévale écrite par Tom, qui a donné son nom au blog ensuite. Vous pouvez donc à la fois naviguer dans l’univers de Guensorde, et vous plonger dans le monde littéraire de Tom Larret ensuite.

Je ne me souviens pas vraiment comment Tom et moi nous nous sommes connues; par contre, je me souviens très bien de notre rencontre à Ouest Hurlant l’année dernière, devant le stand de Noir d’absinthe. Je l’ai reconnue à son canard pour chien en pendentif. Cette année, Tom a fait partie du jury du Prix des Auteurs Inconnus, dans les catégories Imaginaire et littérature noire.

Ses chroniques ne sont pas seulement tournées vers l’imaginaire. Tom propose certes de la fantasy, du fantastique et de la SF, mais aussi des chroniques sur des polars et de l’horreur, et même, même, de la romance (bon, très peu, mais quand même). Elle propose également des retours de lecture, quelques mots pour découvrir un livre. Allez faire aussi un petit tour sur des sentiers peu visités pour lire quelques-unes de ses nouvelles et écouter la voix « suave et mélodieuse » de Tom.

Ce qui est génial dans les chroniques de Tom, c’est la voix off. Celle de l’adjudant-chef. « Figure inquiétante et ridicule tout en même temps, il commente et illustre mes phrases avec un mépris imbécile mêlé d’un rigorisme nigaud ». Ses chroniques sont donc un dialogue constant avec cette voix, générant des répliques et des réflexions que je trouve très drôles.

© Tom Larret

J’aime aussi ses présentations de bouquins. J’ai en tête la savoureuse comparaison de La collision des mondes de Sam Cornell avec la BB crème Chanel. Argument qui a fait mouche puisque je me suis procuré le bouquin aux Imaginales, après cette chronique décoiffante.

Mais l’humour ne masque jamais la rigueur et la richesse d’analyse qu’il y a dans ses chroniques. Je vous renvoie notamment à son billet sur le permier volume de Carmidor, enrichi d’une grille d’analyse béton. L’humour n’est jamais à charge non plus. Effectivement, quand Tom n’aime pas un bouquin, on se marre encore plus. Mais je sais qu’elle met un point d’honneur à ne pas l’écrabouiller, passe beaucoup de temps à bien doser le tout pour éviter les vannes qui pourraient mal passer. Quitte à faire relire ses chroniques – ou ne pas les publier si elle estime que l’argumentaire est trop faible.

L’ours et Tom donnent à la blogosphère une légèreté et un ton dissonant que j’aime bien. Ca change, ça souffle un vent d’air frais et ça dispense une parole délivrééééée libéréééée. Ca marche, car ils parviennent à trouver le bon dosage. La rigueur exigée d’une chronique (j’entends par rigueur une bafouille plus élaborée qu’un « c’était bien, j’ai bien aimé » , agrémentée de quelques arguments qui nous permettent de comprendre de quoi parle le bouquin, ses grandes lignes de force et ses quelques faiblesses) n’est jamais masquée par l’humour. Celui-ci n’est jamais trop lourd et allège même le propos pour le rendre plus sympathique à lire. Un parfait combo qui fait de ces blogs des endroits sympathiques où aller lire un petit retour de lecture, pour bien commencer la journée.

15 commentaires sur “Des blogs au ton décalé

Ajouter un commentaire

    1. Et réciproquement, l’Ours!
      Néanmoins, Mme Zoé, c’était un poulet. Jaune certes, ce qui peut expliquer la confusion avec un canard, mais c’était un pendentif poulet ! Bon, après, le sautoir était discret, c’est vrai :p

      1. Oui, bon, poulet, canard, finalement c’est un peu pareil. Non ? non ?
        Bon, d’accord… Mais c’est pas de ma faute, j’ai toujours eu du mal à reconnaître les animaux.
        J’avais déjà dit canard dans mon billet sur Ouest hurlant – et ah, j’entends dans l’oreillette que tu me disais déjà en commentaire alors que c’était un poulet.

        Au secours.

        1. Rah là là ! Bon… eh ben, aux grand « mots » les grands remèdes, hein…
          « Seconde classe Lucaccini, puisqu’il n’y a que la matière forte pour faire rentrer quelque chose entre vos oreilles, vous me ferez cinquante pompes en criant poulet à chaque remontée. Allez. Et on articule bien. C’était un ? Je n’entends rien, une de plus ! C’était un… ?
          – Poulet.
          – Comme la seconde classe Larret a l’air de bien s’amuser, elle va me faire la même. En criant canard. Et en rythme alterné. Bon sang, Larret, du nerf ! Vous appelez ça une pompe ? Nom d’une truite à foie bleu, mais vous avez autant de tonus dans le biceps qu’un…
          – Poulet. »

          1. on s’en souviendra de ce duo poulet-canard 😀 je sais pas pourquoi mais je sens que ça va rester ^^ Ne compte pas sur moi pour faire des pompes à nos prochaines retrouvailles par contre hein ^^

  1. J’aime beaucoup le blog de l’Ours Inculte, même si je ne lis pas énormément de Science fiction, fantastique, mais ses chroniques sont toujours sympas à lire c’est bien vrai. Pour Les chroniques de Guensorde, je ne connaissais pas, je vais jeté un oeil tiens ! Merci Zoé pour cet article 🙂

    1. Avec plaisir, je suis contente de faire découvrir des blogs chouettes aux uns et aux autres. Merci pour ton enthousiasme, ça me convainc de continuer ce genre de petits billets 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :