Ben Aaronovitch – Les rivières de Londres – Le dernier apprenti sorcier T.1

Premier tome du cycle du dernier apprenti sorcier, Les rivières de Londres est paru en 2011. Le récit en scène l’agent de police londonien Peter Grant. Le roman installe le style et le décor du cycle, dans un cadre urban fantasy rafraîchissant. Ce premier tome se lit comme un spectacle de marionnettes, à l’image de Judy & Punch, réminiscences de personnages de la commedia dell’arte italienne.

Synopsis

« L’agent Peter Grant ne croyait pas aux fantômes, jusqu’au jour où un étrange personnage lui affirme avoir assisté au meurtre sur lequel il enquête. Un témoin providentiel… S’il n’était mort depuis plus d’un siècle !
Et Peter n’est pas au bout de ses surprises : recruté par l’énigmatique inspecteur Nightingale, il intègre l’unité de la police londonienne chargée des affaires surnaturelles.
Au programme, traquer vampires, sorcières et autres créatures de la nuit ; faire respecter les divers accords passés entre les forces occultes de Londres ; réconcilier les divinités qui se partagent la Tamise, sans devenir esclave de leurs charmes ; et bien sûr apprendre le latin, le grec ancien et une montagne d’incantations bizarres et pour le moins rébarbatives.
Peter doit en passer par là, s’il veut un jour devenir à son tour le dernier sorcier de Londres… »

Les rivières de Londres : un roman so british

Peter, anti-héros

Peter Grant est le personnage principal et le narrateur de ce cycle. Agent de police tout frais tout neuf, Peter vient de finir sa formation. Il espère alors avoir un travail de terrain. Et ça tombe bien, son entretien de carrière approche. Oui mais voilà, Peter récolte un travail de bureaucrate.

On comprend donc très vite qu’il est un anti-héros. Non seulement c’est un bleu (et traité comme tel), mais en plus il n’est pas très doué (il le reconnaît plusieurs fois d’ailleurs). Ce n’est pas un flic brillant, sa famille est brinquebalante, il est secrètement amoureux de Lesley mais rangé dans la catégorie « friendzone », et il est un peu gauche (« je voulus m’appuyer nonchalamment contre un réverbère, mais je manquai ma cible en chancelant, ce que Lesley trouva bien plus amusant qu’elle n’aurait dû »). Bref, il est l’inverse complet du héros traditionnel.

Mais on s’y attache, à ce Peter, peut-être pour cette raison d’ailleurs. Cela dit, ses commentaires extradiégétiques réguliers interpellent et questionnent le narrataire, et l’incluent dans l’histoire. Ceci permet aussi de conserver l’attention du lecteur, et crée une impression de dialogue et de proximité avec Peter.

Qui possède un humour 100% british

Et Peter a de l’humour. Les portraits de ses congénères sont absolument croustillants (« J’embauchai un homme bedonnant, d’un âge moyen, mal embouché, et à la calvitie naissante. Ne manquaient plus, pour en faire un stéréotype ambulant, qu’une barre chocolatée Yorkie et un exemplaire du Sun roulé sous le bras« ). Quant à l’inspecteur Seawoll, il est décrit comme un « taureau sous stéroïde », qui abandonne ses collègues pour son « lavage d’intestin » !

Il raconte également ses péripéties avec ce ton détaché et ironique, un humour au trente-sixième degré (l’épisode de la course poursuite du chien, la chasse au fantôme qui nécessite « de la patience et un fantôme » et de « sous-vêtements Thermolactyl » etc.). Malgré la gravité de ce qu’il vit tout au long de l’histoire, le narrateur apporte beaucoup de légèreté, rafraîchissante.

Londres et sa représentation

Le récit se déroule dans le Londres contemporain et réel. Peter nous promène dans Belgravia, sur Oxford Street, Trafalgar et Covent Garden, et emprunte les petits chemins de traverse (New Row, petite rue piétonne étroite). Plus loin, il décrit les collines du nord de Camden, les parcs de la ville, et les points de vue sur la vallée de la Tamise… En cela, il procède à une cartographie du Londres contemporain. Il en profite pour mentionner monuments, bars et restaurants. Peter Grant est un excellent guide touristique.

Enfin, Peter s’adonne, par le biais de ses commentaires extradiégétiques, à une analyse de son époque et de la police londonienne, la Métro (historique sur le logiciel Holmes, paragraphe sur la police vue par les londoniens, qui ont besoin d’agents sur qui « cracher et vomir » etc.). Là encore, il le fait avec un humour décapant.

Le dernier apprenti sorcier : un cycle d’urban fantasy

Un roman d’urban fantasy…

Les rivières de Londres est un roman d’urban fantasy. Le récit se déroule dans un cadre urbain, un Londres réel et contemporain (régulièrement le cadre de récit d’urban fantasy, comme Neverwhere, de Neil Gaiman par exemple). La magie et le surnaturel sont présents, mais cachés dans des interstices, en marge du monde « normal ». Il n’y a pas vraiment de cohabitation entre les deux mondes. Si l’intrigue permet un croisement de ces deux réalités, en général cette rencontre n’est pas très heureuse.

Le récit prend place dans un cadre contemporain, urbain, réel. La magie et les êtres surnaturels sont présents mais « à côté », « underground » (l’épisode fantastique dans le métro, la rencontre avec le SDF qui est un troll etc.). La magie n’est pas toujours appréciée (à l’instar de l’inspecteur Seawoll qui évoque « ces conneries à la X-files ») et se pratique en cachette (les pompiers qui se débarrassent des vampires en catimini…).

Par ailleurs, l’Urban fantasy noue des liens très forts avec l’histoire et l’archéologie de la ville. Hadas Elber-Aviram a étudié la représentation de la ville en urban fantasy dans son article The past is below us : urban fantasy : Urban archaeology and the recovery of suppressed city » (Papers from the Institute of Archaeology, 23(1), 2013). Dans ce type de récits, il y a un intérêt particulier pour le matériau historique de la ville, qui se découvre et se lit comme un palimpseste. Tantôt guide touristique, tantôt historien de sa ville, Peter apporte ainsi une épaisseur à Londres en déroulant ses strates historiques. C’est particulièrement flagrant quand il traverse Londres en remontant le temps. Le narrateur redonne ainsi une existence tangible à la ville, réelle plus que romanesque. Les vestigia, traces de vie et empreintes sensorielles laissées sur les lieux, sont également des traces de ce passé caché.

Londres est donc ici un environnement à part entière, et pas juste un décor. Le titre de ce premier tome révèle toute son importance.

… revisitée et prise à rebours

Magie il y a, mais elle est complètement revisitée avec humour. Les rivières de Londres se construisent sur des références solides du genre, pour mieux s’en distancer (référence à X-Files, Peter qui se demande si les sapeurs-pompiers de Londres sont « adorateurs du véritable Cthulhu« ). Le narrateur évoque aussi Harry Potter, et cela donne lieu à des échanges cocasses (Voldemort qui aurait le numéro de Peter, le balai de sorcier remisé au placard contre la Jaguar de Nightingale, et celui-ci qui se différencie d’Harry Potter en ce qu’il n’est « pas un personnage de fiction »).

De la même façon, les Rivières de Londres sont en fait des « genii locorum » (des esprits des lieux). On rencontre donc Mama Tamise, en froid avec son époux. Elle est accompagnée de sa tripotée de filles qui se partagent les rivières. Son fils Oxley vit dans un camp de romanichels, et ressemble davantage à « un trafiquant de drogue ». Les filles de Mama Tamise sont tout aussi hautes en couleurs (Beverley séductrice, Lady Ty complètement folle et rancunière…). On a là des esprits très banals, très humains finalement, total contre-pied des Dieux classiques.

D’autre part, Peter doit apprendre le latin, le grec et lire plein de grimoires. Mais là aussi, ces classiques du genre sont pris à rebours. Peter préfère l’anglais au latin pour les formules. Et puis il n’apprend finalement pas grand chose de pratique dans ce tome. Il apprend à faire apparaître une lumiforme et faire léviter des pommes, qui s’écrasent par terre pendant plusieurs semaines. Son apprentissage durerait 10 ans, mais on se demande à ce train-là comment il pourra le devenir.

Magie vs science

Au-delà de ces codes balayés avec humour, il y a un questionnement très intéressant sur la magie et ses rapports avec la science.

En premier lieu, « la Folie » (« siège officiel de la magie anglaise depuis 1775 ») représente ce rapport difficile. Cette demeure ne possède ni le câble, ni internet. La magie ne fait pas bon ménage avec la science et l’électronique. Ainsi, la magie est représentée de manière très poussiéreuse, comme une pratique dépassée. Nightingale lui-même ne semble d’ailleurs pas très à la page des évolutions technologiques.

Peter par ailleurs ne cesse jamais de s’interroger sur les sources et le fonctionnement de la magie. Tout au long du roman, il va tester des expériences, tenter de comprendre pourquoi la magie fait sauter tous les circuits électroniques. Peter attend du rationnel, mais Nightingale estime que cela le déconcentre (« la magie d’abord, la science plus tard »). Plus loin, on apprend que la magie pratiquée à l’excès endommage le cerveau (et le corps, sans que la science ne puisse le soigner, cf. l’épisode de Lesley défigurée)… Il semble alors que la magie et la science sont inconciliables. La réconciliation vient avec Newton, homme de science et présenté comme « fondateur de notre société, et le premier homme à systématiser la pratique de la magie ». Sa statue trône à l’entrée de la Folie.

Les rivières de Londres : une pièce de théâtre

Judy & Punch

L’intrigue de ce premier tome s’inspire du spectacle de marionnettes Judi & Punch. Ce spectacle est très connu au Royaume-Uni. Il raconte l’histoire de Punch, à qui sa femme Judy demande de surveiller leur bébé. Punch jette l’enfant par la fenêtre. Quand Judy revient, elle tape son mari avec un bâton. Pour se venger d’elle, il la bat et la tue. Punch échappe aux menaces du policier qui veut l’arrêter.

Judy et Punch s’inspire des spectacles de la commedia dell’ arte. Punch est en effet la version anglaise de Polichinelle, valet rusé, grossier, bavard et disgracieux.

Polichinelle, estampe de Robert Bonnard, 1680. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41081344z

L’intrigue policière suit donc le synopsis de ce spectacle de marionnettes. Cela donne lieu à des scènes de crime qui sont autant de scènes dans un spectacle. Elles se donnent à voir et sont d’une violence très théâtrale. L’épisode de la grand-mère au cinéma qui pète un plomb, se met à hurler et à tabasser les gens est complètement loufoque. Cette scène gestuelle se rattache pleinement au théâtre italien. Par ailleurs, celui-ci possède un fort ressort comique, par l’exagération des pitreries, des personnages stéréotypés, et aussi de l’utilisation des masques. Or, le Punch d’Aaronovitch utilise aussi le masque, quand il se cache dans l’enveloppe corporelle d’hôtes humains. Ce faisant, il atteint le grotesque.

Une pièce de théâtre tragi-comique

La fin du récit se déroule également sur un mode théâtral. Durant les deux derniers chapitres, la métaphore du théâtre est filée. Le dénouement a d’ailleurs lieu sur la scène du Royal Opera House. Chacun joue son rôle. Lesley devient personnage à part entière, marionnette à la merci de Henry Pike, qui s’adonne à un monologue sur scène. La théâtralité de ce dénouement est accentué par tous les décors et outillages d’une scène (la fausse pendaison de Peter, la course poursuite dans les coulisses labyrinthe…). Le lecteur se fait littéralement spectateur de cette pièce, témoin des duperies de Punch, de ses « adieux à la scène » (« on y est, c’est votre moment, votre grande sortie. Les lumières vont baisser, votre voix va s’affaiblir »).

Mais ce grotesque et cette théâtralité comique cachent néanmoins un aspect tragique en fin de récit. Les scènes de crime, si elles paraissent grossières et factices, sont réelles, et l’assassin a jonché les pages de ce premier tome de cadavres. Punch est le mal incarné, les dégâts pour l’arrêter sont importants (explosion, inondation, corps mutilés…). Les héros ne s’en sortent pas indemnes. Finalement, ce roman laisse le lecteur avec une impression étrange, partagé entre le rire et l’horreur, hésitant, perplexe aussi : mais qu’est ce qu’on vient de lire ?

D’autres chroniques de Rivières de Londres…

Les rivières de Londres posent donc les bases d’un cycle de 10 livres, dont 6 sont traduits en français pour l’instant. Le roman navigue entre urban fantasy et théâtralité, et s’appuie sur des références du genre pour mieux s’en distancer. Il m’a cependant fallu une seconde lecture pour repérer et apprécier tous les clins d’œil qui investissent le livre (en n’étant pas sûre de les avoir tous repérés). C’est une œuvre déroutante et qui balade littéralement le lecteur de bout en bout, avec un sens de l’humour mordant. Premier volume à mon sens très réussi. Le second tome s’intitule Magie noire à Soho, et sa chronique est par ici.

Un commentaire sur “Ben Aaronovitch – Les rivières de Londres – Le dernier apprenti sorcier T.1

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :