Isaac de Mont – Ex-Libris

Premier roman édité d’Isaac de Mont, Ex-libris est un texte qui nous emmène dans les tréfonds d’une âme torturée par le deuil et la folie. Ex-libris est sorti en avril 2021, publié aux éditions Spinelle. Je remercie chaleureusement Isaac pour m’avoir sollicitée sur Simplement.pro, j’ai passé un très bon moment de lecture. Il m’en faudra un second, certainement, pour bien en saisir toute sa richesse.

Synopsis

 » Un étranger posté à la terrasse d’un bar parisien entreprend de retranscrire un vieux souvenir, de 127 ans. L’histoire de Paula Crowood, une jeune bourgeoise, abandonnée le jour de ses noces par son fiancé en cavale, dans le Texas du siècle décadent. Le malheureux a été retrouvé mort, en tentant de fuir. Dès lors, l’héritière de cette famille en pleine ascension entre dans une spirale infernale, où l’obsession la transforme en créature chétive. D’étranges évènements se produisent autour d’elle. Mais la découverte d’un livre exceptionnel semble être son seul exutoire …

Que deviendra cette héroïne rebelle, prise dans la tourmente ? Réussira-t-elle à rencontrer l’artiste derrière cette œuvre qui l’a tant bouleversée ? Par ailleurs, la rêveuse se laisse guider par le destin lui-même. Celui-ci pourrait bien la mener en dehors des frontières de son propre pays, aux confins d’une Europe en pleine expansion… »

Une écriture qui joue avec le genre romanesque

Un roman dans le roman déstructuré

Ex-Libris nous plonge de manière efficace et rapide dans les doutes et l’incertitude quant à ce qui est donné à lire. On passe très rapidement du réel tangible (une terrasse parisienne, une soirée festive, un homme isolé qui griffonne sur son cahier devant son café), bien que marqué par des choses suspicieuses (qui est cet étranger ?), à un récit hors du temps et du monde (127 ans plus tôt, aux Etats-Unis, aux côtés d’une jeune femme au bord de la folie).

Ainsi, plusieurs fois, l’auteur effectue ces allers-retours entre le passé et le présent. Cela donne rapidement le vertige, comme celui provoqué par une succession de zoom avant et zoom arrière. On plonge dans les pages de l’écrivain, et on en ressort comme après une séance d’apnée. Le changement d’ambiance, d’atmosphère, de style… est palpable en seulement quelques mots. Il n’y a pas de linéarité dans ce roman, qui se reconstruit comme un puzzle.

En quelque sorte, on a là un roman dans le roman. La pratique du faux témoignage est courante en littérature mais ça marche très bien et ici elle fait illusion. On en oublie que l’histoire de Paula n’est pas réelle, qu’elle est aussi un personnage de papier comme son propre écrivain.

Un récit vertigineux

Ex-libris offre un second niveau de vertige, avec le personnage de Paula. Abandonnée à son mariage, elle sombre dans la folie, hallucine, a des visions. Folie, ou surnaturel ? Il se passe des choses dont on se demande si elles sont rêvées par Paula, ou si elles sont réelles. Sa folie s’accentue quand elle pense avoir trouvé son salut dans les pages d’un livre d’Oscar Wilde. Elle se perd alors dans l’illusion romanesque, et semble avoir oublié où se situe la limite entre roman et réalité.

Nous avons donc dans ce récit trois niveaux romanesques différents et imbriqués :

  • Aujourd’hui. Un personnage, écrivain, nous livre un témoignage de la vie …
  • … d’un second personnage qu’il aurait connu 127 ans plus tôt. Ce personnage se perd d’ailleurs…
  • … dans un roman et l’illusion qu’il provoque, oubliant toute notion de réalité.

Ex-Libris : un roman gothique aux touches fantastiques

Une ambiance gothique

Ex-libris est un roman assez court (200 pages environ), qui pose très rapidement une atmosphère lourde, plombée, feutrée. On n’en sortira pas une seule fois. Que ce soit dans le manoir, dans le bateau ou dans la chambre d’hôtel, Paula étouffe, et la promiscuité des lieux où elle évolue créent un vrai huis-clos. Elle a beau fuir, sa folie la rattrape. Elle est prisonnière dans sa propre tête.

C’est une ambiance parfaitement retranscrite, à tel point qu’on cherche de l’air dans ce manoir Crowood. Manoir gothique par excellence, demeure bourgeoise, massive, aux innombrables pièces, cachettes et portes, renfermant des secrets qui résonnent dans ses murs. Ce manoir semble même affecter les personnages qui y vivent et y passent. Pas un seul personnage ne semble être du côté de la raison, tous semblent touchés par cette folie qui ronge les âmes, et qui les conduit à des décisions extrêmes. C’est une écriture de passions, de sentiments profondément enfouis, d’une rare violence.

Aux touches fantastiques

Et toujours cette question : qui est le narrateur ? Qui est-il par rapport à Paula ? Comment peut-il l’avoir connue, 127 ans plus tôt ? Comment peut-il raconter des scènes qu’il n’a, a priori, pas vécues ?

Tout ceci crée donc un roman qui provoque chez le lecteur un certain nombre d’incertitudes, partagées d’ailleurs par les personnages, non sans angoisse. Qu’est-on réellement en train de lire ? Les événements qui sont relatés, sont-ils réels, ou sont-ils le résultat d’hallucinations provoquées par la folie des personnages ? Ou alors, est-on sur une autre dimension, surnaturelle, cette fois ? Ce personnage de l’écrivain pose un certain nombre de questions; il semble omniscient, traversant les âges, et avance masqué. Il ajoute une bonne dose d’interrogation. L’impossibilité de répondre à ces questions une bonne partie du roman confère à celui-ci une tonalité fantastique fortement marquée.

Fort heureusement, plus le récit avance, plus les choses s’éclairent. Dans le sens, du moins. Un certain nombre de questions sont résolues, apportant une vraie surprise. Moi, je n’ai rien vu venir (je suis bon public, mais quand même). Mais il reste des zones d’ombre, j’aime bien ça aussi, quand l’incertitude et la panique ne sont pas totalement dissipées, laissant le doute planer un peu. Je vous laisserai découvrir où l’auteur semble mener son lecteur, et décrypter le sens du titre de cette œuvre.

Ex-Libris, un roman exigeant

Entendons-nous bien : j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Cela dit, ça n’a pas été une lecture simple.

D’abord du fait de ce jeu vertigineux que crée Isaac de Mont. C’est formidable, on s’interroge tout au long du récit, mais au point parfois de se perdre et de ne plus vraiment comprendre ce qu’il se passe. J’ai également relevé quelques petites coquilles qui m’ont perturbée. J’ai notamment trouvé des possessifs à la première personne dans le récit de Paula, notamment au début, or le narrateur n’est pas physiquement présent. Dans un roman avec autant de tiroirs, ces petites coquilles en apparence innocentes peuvent compliquer la tache.

L’ambiance très noire est tellement bien marquée que j’en ai rêvé. Je suis un public facilement impressionnable, il faut dire. Mais la folie de Paula m’a beaucoup touchée, j’ai ressenti ses propres peurs jusqu’à les vivre moi-même en cauchemar (je suis un peu cinglée sous le scalp aussi parfois).

Enfin, on décèle dans Ex-Libris beaucoup d’influences. Gothiques évidemment, mais pas que. Dans le traitement des personnages, certains détails… il y a des clins d’œil. Pas toujours évidents à décrypter, à moins de connaître ses classiques sur le bout des doigts (ce qui n’est plus mon cas). De ce fait, je pense que ce roman comporte une richesse intertextuelle énorme, à côté de laquelle on risque de passer. Vous en conviendrez, c’est fort dommage.

C’est clairement un roman que je conseille, la plume d’Isaac de Mont est puissante, efficace, précise, tranchante, érudite. Toutefois, préparez-vous mentalement. Ce n’est pas une œuvre qu’on lit pour passer le temps, en terrasse ou pour remédier à une panne de lecture. Ex-Libris est une lecture exigeante, mais splendide pour qui est prêt à plonger dedans.

 

Ex-Libris est un roman d’inspiration gothique d’Isaac de Mont, publié aux éditions Spinelle. J’ai beaucoup aimé cette lecture, très riche et assez sombre, plongeant le lecteur lui-même dans un état proche de celui de Paula. L’identification au personnage est donc assez poussée. Isaac de Mont propose un roman d’une beauté formelle incroyable, et une expérience de lecture proche du vertige. Un roman qui me restera dans l’esprit longtemps.

2 commentaires sur “Isaac de Mont – Ex-Libris

Ajouter un commentaire

  1. Impressionnante richesse pour un premier roman.
    Je suis assez tentée, adorant ces jeux de faux témoignages et de doutes entre le réel et l’imaginé. L’ambiance et les nombreuses références disséminées m’attirent également. Merci pour cette découverte.

    1. Avec plaisir ! C’est un très bon roman d’une très grande richesse comme tu le soulignes. L’auteur a également écrit des nouvelles, que je me suis mis en wish list. Je conseille ce roman les yeux fermés !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :